DEVOIR DE MÉMOIRE – 17 DÉCEMBRE 2001 : LE CYCLONE LAVALAS BALAYAIT LE PAYS D’HAÏTI

LES ÉVÉNEMENTS DU 17 DÉCEMBRE 2001

Lundi 17 DÉCEMBRE 2001….

3 h am – Un « flash » est diffusé par les radios (Radio Caraïbes) annonçant la nouvelle que le Palais National est attaqué par un commando.
Vers 6 h am, Jacques Maurice, membre du bureau de presse de la Présidence fait les premières déclarations: Il y a une tentative de « Coup d’Etat » et 80 hommes lourdement armés se sont introduits dans le Palais National. A partir de conversations entendues sur les walkies-talkies dont ils auraient dépouillés les policiers du Palais, ces hommes qui parlent espagnol, anglais et créole, révèlent avoir à leur tête Guy Philippe, un des commissaires de police réfugiés en République Dominicaine.

La peur et la terreur s’abattent sur la capitale Port-au-Prince et sur plusieurs autres villes du pays.  : attaque contre les locaux de la Presse, des partis politiques, des syndicats, contre leurs dirigeants et contre les centres culturels. Pillages, incendies, meurtres, disparitions… Selon Yvon Neptune, sénateur au moment des faits :  » Le peuple a identifié ses ennemis »

caoutchouc

Mais déjà, le dimanche 16 décembre, date de l’anniversaire de l’élection de Jean-Bertrand Aristide, le Président, après avoir célébré les « victoires électorales » de l’année 2000, s’adresse à l’assistance sur le thème du « patriotisme » en insistant sur le slogan qu’il lui fait répéter plusieurs fois: «Yon lavalas se yon patryòt, yon lavalasyen se yon patriyòt, yon bon lavalasyen se yon bon patriòt. » Plus d’uns se demandaient ce que cachaient de tels slogans.

En début de soirée, la tension est déjà manifeste; des rumeurs circulent et des opérations de blocage des rues sont rapportées dans certains quartiers de la capitale et des villes de province.

I – Annonce d’un supposé coup d’État


Selon informations recueillies par AP, Jacques Maurice fait également mention d’une attaque simultanée contre le pénitencier national et, toujours selon lui, l’un des auteurs intellectuels du coup serait Lucien Gervais, (ancien militaire ?) emprisonné au pénitencier national lors du soulèvement des détenus et depuis lors transféré dans un autre centre de détention. Lucien Gervais aurait à sa solde des mercenaires dominicains réunis à la frontière, prêts à intervenir. Lors de cette intervention, Jacques Maurice précise que le Président Aristide et sa famille sont en sûreté dans leur résidence de Tabarre.
Au cours de ces premières heures les radios diffusent largement les déclarations, nouvelles, et premières réactions. Des journalistes se trouvent au Champs de Mars, devant le Palais et rendent compte en direct, de l’évolution de la situation. Radio HaitiInter annonce à 9.00am que «7 hommes se trouvent embusqués dans les sous-sols du Palais». Des appels à la violence et à la chasse aux «responsables» du coup sont lancés par le porte-parole,
René Civil et des groupes Lavalassiens aux cris de «Bare-yo anwo, Bare-yo anba !»

rene-civil

Quelques heures plus tard, Jean Oriel, responsable de l’unité de sécurité présidentielle, répond aux questions de la Presse et annonce que les assaillants ont pris la fuite à bord de deux pick-ups. Les unités d’élite de la PNH ont repris le contrôle du Palais. Les affrontements ont fait un mort dansle camp des assaillants et deux morts parmi les policiers.
Vers midi, le ministre de la Culture et de la Communication, Guy Paul, intervenant sur les ondes de la Radio nationale annonçait que le président avait le contrôle du Palais, marquant ainsi la fin du coup d’État. Il fait appel au calme et condamne les actes de violence enregistrés dans le pays.

Dans l’après-midi, le porte-parole de la PNH, Jean Dady Siméon, dans un point de presse au Palais National confirme la tentative de « coup d’état » par des assaillants au nombre de 30 et que le bilan de l’attaque repoussée s’élève à 5 morts, dont deux policiers, un assaillant et deux simples citoyens.

jean-dady-simeon

Il fait aussi mention de la capture de l’un des assaillants du côté de Morne à Cabris.


Le Président intervient également au cours de cette longue conférence de presse pour condamner le coup d’État, «Pwazon demokrasi a se zam Kou Deta sa yo», réprouver la violence «Kelkeswa vyolans lan, nou kondane l». Par ailleurs, il confirme qu’il existe une relation entre les événements du 28 juillet et ce qui vient de se passer en affirmant : «Evenman 16-17 desanm 2001 yo konektab avèk evenman 28 Jiyè k sot pase yo. … Nou genyen dè prev ki montre yo konektab» et le peuple doit être loué d’avoir su agir en conséquence.

jean-bertrand-aristide
 » Lè 28 Jiyè te rive, te gen plis konfizyon ke te fè yon seri moun doute, èske se vre, èske se pa vre. E nou rété gade akoz de konfizyon, yo te beaucoup plus timides que cette fois-ci. Yè, manifestasyon pèp la kale pou l defann demokrasi a. Jodi a manifestasyon l pasifikman montre ankò yon fwa ki jan li konprann w’ol pou l jwe, pa non kwaze bra, chita tann apre pou lal nan mawon. Men, nan kanpe pasifikman pou l mété barikad lapè kote k nesesè, lè l nesesè san vyolans, nan respè dwa tout moun, nan dyalog… »
Le poison qui tue la démocratie, ce sont les armes de ces coups d’État. Il y a un lien entre les évènements du 17 décembre et ceux du 28 juillet. Mais le 29 juillet, il y avait beaucoup de confusion, les gens étaient dans le doute, est-ce que c’est vrai,?: est-ce que c’est pas vrai ? A cause de cette confusion, les gens sont restés à regarder, ils étaient beaucoup plus timides que cette fois ci. (…) Hier, le peuple a manifesté sans hésiter pour défendre la démocratie (…) Aujourd’hui, ses manifestations ont montré pacifiquement le rôle que le peuple doit jouer, qu’il ne doit pas croiser les bras, s’asseoir, attendre, et finalement se lancer dans le marronage. Que son rôle est d’être debout, de monter des barricades de la paix là ou c’est nécessaire, quand c’est nécessaire, sans violence, dans le respect des droits de chacun, dans le dialogue (…) Immédiatement après la Conférence de Presse, le Chef de l’État adresse un «Message de Paix». Il commence par saluer la Police et tous les citoyens qui par leur détermination ont érigé les Barricades de la Paix et fait échec aux assassins de la démocratie.

lavalas-degats-jpg2

«Onè respè pou nou memm! »….. »M sot siyonnen yon bon pati nan Pòtoprens, mwen wè ak je m ki kantite barikad lapè nou mété pou anpeche teworis kouri sove e touye plis moun. Nou fè sa paske nou kwè nan peyi nou, Nou fè sa paske nou kwè nan demokrasi, Nou fè sa paske nou se bon jan pitit Dessalines, Toussaint Louverture ak zansèt nou yo, nou brav ! » « drapo la pè a flote toupatou »… »Aswè a, m mande pou gen veye patriyotik toupatou pou pwoteje lapè a»…
… «je viens de faire le tour de Port-au-Prince, j’ai pu voir le nombre de barricades de la Paix que vous avez érigées pour empêcher que les terroristes ne s’enfuient et ne continuent à tuer plus de gens. Vous avez fait cela parce que vous croyez en votre pays, en la démocratie, parce que vous êtes les fils de Dessalines, Toussaint Louverture de nos ancêres, vous êtes braves ! Le drapeau de la Paix flotte partout ! Ce soir je vous demande d’organiser une veillée patriotique, partout pour protéger la Paix».

«E nan moman sa a kote nou fyè lè nou wè bèl solidarite ki egziste ant Pèp la ak Polis la, nou ankouraje Pèp la kontinye bay la Polis la tout enfomasyon nou jwenn konsènan tout kriminèl k ap chèche kouri pou yo pa kenbe yo, pou yo pa pale…» … «Se yon Kou Deta nou ranvèse vit e se pou Kou Deta a pa retounen ankô ki fè m mande pou tout Popilasyon an kanpe pasifikman, defann demokrasi a pasifikman».
Au moment où nous parlons, nous sommes fiers de constater la belle solidarité qui existe entre le peuple et la police, et nous vous encourageons à continuer à fournir à la police toute information concernant tous les criminels qui tentent de s’enfuir pour ne pas être pris et avoir à parler… C’est un coup d’État que nous avons contrôlé rapidement et c’est pour éviter qu’il n’y en ait d’autres que nous demandons à toute la population de se mobiliser pacifiquement pour défendre la démocatie pacifiquement.
«Nap kontinye ini pou n pousuiv avek lalwa nan men nou anba drapo lapè a, tout criminèl teworis ki vle fè nou al nan mawon»
«Nous continuons d’être unis pour poursuivre avec la loi en mains, sous le drapeau de la paix, tous les criminels terroristes qui ont voulu nous acculer.


  1. LES FAITS : L’attaque contre la Presse, les partis politiques, leurs dirigeants et les centres culturels


À partir des différentes déclarations des représentants de la Présidence, des groupes armées de partisans de Lafanmi Lavalas s’organisent à Port-au-Prince et dans les villes de provinces, attaquent , pillent et incendient les locaux des partis politiques, les résidences de certains de leurs dirigeants. Des stations de radio sont investies et menacées de destruction, des journalistes sont violemment pris à partie et certains n’échappent au pire que de justesse. Plusieurs personnes périssent victimes de ces actes de violence au cours de la journée.


lavalas-degats-jpg2

Cap-Haïtien
– Le mobilier de la résidence du Pasteur Milton Chery, membre de la coordination de l’OPLdans le Nord, ex-candidat au Sénat, est jeté dans la rue et brûlé

– Eluscat Charles, porte-parole OPL dans le Nord a vu sa résidence pillée et incendiée ainsi que la maison voisine.
– La maison des frères Tanis, de la Convergence et celle de Jacques Etienne, critique connu de Lafanmi Lavalas, ont également été mises à sac.
– Un certain Célius, proche des FADH a failli être lynché, n’était-ce l’intervention de quel-ques passants et des affrontements ont eu lieu lorsque les manifestants lavalassiens ont tenté de s’attaquer à Grégory Joseph de la Convergence
– Le siège central de l’OPL dans le Nord est saccagé.
– Les assaillants ont tenté de mettre le feu à Radio Maxima mais ont dû renoncer devant la réaction des riverains qui se sont portés à la défense de la station.


Cayes
– La caisse de l’entreprise de construction que dirige Gabriel Fortuné, ex-député, porte-parole départemental de la Convergence, est pillée et 2 camions bascules incendiés.
– La résidence de Jean Robert Jeune, membre du comite de coordination départemental de l’OPL est partiellement saccagée.
– La maison de Wilfred Jean-Baptiste, membre du comite de coordination départemental de l’OPL est endommagée et pillée.
– La résidence de Kessel Cilius, membre de la Convergence est pillée.
– La résidence de Pierre Richard, membre de la Convergence est pillée.


Gonaïves
– La résidence du Pasteur Luc Mésadieu, président du Mochrena et membre du directoire de la Convergence démocratique est incendiée; 3 voitures sont brûlées; 2 personnes proches du pasteur sont tuées puis brûlées.
– La résidence du Pasteur Sylvio Dieudonné, vice-président de Mochrena est incendiée ainsi qu’une maison voisine. Une Eglise et une école dirigées par le Pasteur sont également incendiées.
– Le mobilier de la résidence de Anouès Difficile, membre de la Convergence démocratique, est incendié.
– Le correspondant de Radio Métropole dans l’Artibonite, Duc Jonathan Joseph est porté disparu.


Grande Rivière du Nord


– Le local de l’OPL est attaqué et saccagé.


Jacmel


– La résidence du porte-parole de la Convergence Démocratique dans le Sud-Est, Milot Gousse, a été attaquée avec jets de pierres.
Jérémie


– Lensky Cassamajor, représentant de l’OPL est sequestré, malmené et sauvé de justesse du lynchage.


– Local de la CATH (Centrale des travailleurs Haïtiens) incendié; beaucoup de membres de la Convergence ont dû prendre la fuite.


N.B – Participation de deux véhicules de l’Etat (Education Nationale et Finances).


Petit-Goave


– La maison de Jean Jasmin, enseignant, membre de la coordination locale de l’OPL, est incendiée, ainsi que celle de Déus Jean-François, MDN, ex-député, membre de la Convergence, responsable communal. Des affrontements ont eu lieu entre les groupes lavalassiens et les partisans de la Convergence. Au cours de la journée plus de 15 maisons ont été incendiées et 5 mises à sac. Les premiers rapports indiquent que: Yvon Jean, René Jean-Michel, Eligène Desrosiers, Jean Wilio Manéus, Dieusibon Jean, Yves Rigaud, Denise Osias, Inès Coicou, Genise Jean, Diréus Antoine, Prosper Jeanty, Montigène Sincère, Serge Bouzile, Wilbert Pierre, auraient ainsi, entièrement ou en partie, perdu leur résidence.


Thiotte
– Gabriel Davidson, membre dirigeant de l’OPL et une quinzaine de militants ont dû se mettre à couvert.


À la capitale, Port-au-Prince

La Presse

Au cours de la journée des journalistes, reporters, stations de radio sont l’objet de menaces, d’actes de violence qui obligent plusieurs représentants de la Presse à se mettre à couvert, certains, dans des ambassades. D’après Reporters Sans Frontières: «Le caractère systématique des agressions démontre que les manifestants avaient reçu des instructions pour s’en prendre à la presse».


Thony Bélizaire, photographe de l’Agence France Presse, Patrick Moussignac, Guérin Alexandre, Jean-Elie Moléus, respectivement directeur et reporters de Radio Caraïbes et Guyler Delva, président de l’Association des Journalistes Haïtiens, ainsi que des reporters de Telemax, ont été pris violemment à partie par des manifestants proches de Fanmi Lavalas armés de revolvers, de machettes, de bâtons. Ils ont obligés les journalistes à quitter les lieux sous la menace.
«Nous vous aurions abattu si vous étiez de Radio Caraïbe» ont déclaré des partisans du pouvoir à Maxo Exil, de l’agence Haïti Press Network, qu’ils menaçaient d’une arme.-


Roger Damas, de Radio Ibo, a été forcé de remettre sa carte de presse et son cellulaire aux manifestants qui assimilaient Radio Ibo à l’opposition.


Des journalistes de Radio Vision 2000 dont Pharès Duverné, Robert Philomé et Yves Clausel Alexis, alors qu’ils couvraient les évènements se déroulant au Palais National, ont été contraints de crier « Vive Aristide, Vive Lavalas » par des membres d’organisations populaires proches du pouvoir.


Selon Arins Bellevue, directeur de Radio Galaxie, leur confrère, Abel Descolines a dû se mettre à couvert après avoir reçu des menaces et avoir été informé que son nom et celui d’autres représentants de la presse se trouvaient sur une liste de journalistes à abattre. Un journaliste du RECAP, Gaston Janvier s’est trouvé dans la même situation.
Des reporters de Radio Métropole ont été agressés et mis en joue par des partisans du pouvoir qui se trouvaient à bord de véhicules appartenant à des entreprises de l’Etat. Les vitres de l’autobus de Radio Caraïbes ont été brisées par des manifestants pro-Lavalas. Plusieurs stations ont reçu des menaces de mort et ont cessé d’émettre ce jour-là: Radio Quisqueya, Radio Métropole, Radio Vision 2000, Radio Signal FM, et Radio Caraïbes. Cette dernière devait suspendre pendant plusieurs jours ses émissions.


Les sièges des partis politiques


– Le siège national de l’OPL (Organisation du Peuple en lutte), originellement Organisation Politique Lavalas) fondée en 1991, Quartier-General de la Convergence, a été pillé et incendié. Le mur et la barrière de l’entrée ont été renversés par un bulldozer du CNE. Les équipes d’assaillants ont été aussi véhiculés par la CNE. L’OPL est membre de l’Internationale socialiste, Coordinateur; Gérard Pierre Charles.
NB. Une maison attenante a été aussi pillée et incendiée.


– Le Local du Konakom, (Comité National du Congrès des Mouvements Démocratiques) membre de la Convergence et de l’Internationale Socialiste –Coordonnateur Victor Benoît– a été pillé et incendié.


– Le local de la KID (Confédération Unité Démocratique), membre de la Convergence, coordonnateur : Evans Paul (Konpè Plim) mis à sac et incendié.


  1. C’est la 3e fois que le local de la KID a été dévasté : en 1991 (deux mois avant le coup d’état), et en avril 2000.


– Le local de l’ALAH (Alliance pour la Libération et l’Avancement d’Haïti) membre de la Convergence qui est aussi le cabinet d’études de Me Reynold Georges, son coordonateur, a été incendié.
Les maisons familiales des dirigeants de la Convergence.


– La résidence du professeur Victor Benoît située à Bon Repos, dans la banlieue nord de Port-au-Prince, a été pillée et incendiée (voir détails dans le témoignage plus loin).


– La résidence du professeur Gérard Pierre Charles, située au Morne Hercule à Pétion-Ville a été pillée. La salle de la bibliothèque a été incendiée avec un cocktail Molotov. La maison a été assiégée en fin de matinée par des membres de la CIMO (Corps d’intervention et de maintient de l’ordre) et par des civils armés transportés en véhicules de la CNE (Compagnie nationale d’équipements – entreprise publique).
Dans les deux cas des officiels ont été reconnus, des véhicules ont été identifiés (voir témoignage plus bas).
Centres culturels


– Le CRESFED, Centre de formation, de recherche et de documentation, membre de la Plateforme des Droits Humains, dirigé par Suzy Castor, professeur universitaire, historienne de formation, fondé en 1986, a été attaqué, incendié et pillé (voir témoignage plus loin).


– La villa appartenant à l’État français et abritant les locaux administratifs de l’Institut Français d’Haïti, voisin du local de Konakom, a été pillé.

 À Suivre

 

 

LE MENSONGE DANS LEQUEL NOUS VIVONS

vlcsnap-error733

L’argent ne pourra pas être mangé.

Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons de découvrir et de méditer sur les messages de ces vidéos qui, en quelques minutes, synthétisent avec brio le monde  que nous construisons chaque jour.

(Il serait mieux de regarder cette vidéo en passant momentanément en mode Plein Écran. Pour cela, après avoir mis en marche le lecteur vidéo, cliquez en bas à droite sur l’icône Plein écran située dans l’angle inférieur droit du lecteur .)

Lire la suite

Haïti survivra-t-elle ?

 

Haïti survivra-t-elle ?

par Pierre D. EDUGÈNE

« Il est dangereux de ne pas connaître la réalité du monde dans lequel on vit. »

ob_7ed910_l-ile-d-haiti-zones-potentiell_002

Après avoir connu tant de convulsions politiques et tant de cataclysmes dans son histoire récente, Haïti était en droit d’espérer des lendemains meilleurs, beaucoup plus reluisants. Mais les perspectives d’avenir, à court, à moyen et à long terme, ne sont guère rassurantes. Et les problèmes ne seront pas uniquement d’ordre politique.

Lorsqu’une majorité de chefs d’État de la planète se réunit, alliés et adversaires confondus, pour parler exclusivement d’un sujet, autre que les habituelles questions économiques ou de problèmes relatifs à la sécurité de leur région, cela est symptomatique d’un problème majeur. La situation doit être suffisamment inquiétante qu’elle requiert une attention soutenue et immédiate de la part de ces chefs d’État. La dernière fois qu’une conférence du genre avait eu lieu, c’était en 2009 à Copenhague. Un sommet extraordinaire sur le sujet, convoqué d’urgence et réunissant cent vingt chefs d’État, se tenait ce 23 septembre 2014 au siège de l’ONU sous l’égide du secrétaire général de l’organisation, M. Ban Ki Mon. Ce n’est pas un fait divers. En pareille circonstance, le commun des mortels se doit d’être alerté. Un nouveau tête-à-tête, toujours autour du même problème, est prévu l’an prochain, à Paris. L’objet de ces retrouvailles : la décomposition accélérée du climat. Les lois qui régissaient le climat de la terre sont en train d’être déréglées plus vite que prévu. Certains événements attendus dans une cinquantaine d’années se produisent maintenant. Le problème, c’est le rythme de progression du phénomène. Les effets se font ressentir de plus en plus intensément dans plusieurs régions du monde et commencent à avoir de nombreuses conséquences sur l’ensemble de la planète. Ce qui risque d’ébranler sérieusement les fragiles équilibres mondiaux non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan social et politique.

============================================

Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent depuis des décennies voire des millénaires. L’influence de l’homme sur le système climatique est clairement établie. L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, la couverture de neige et de glace a diminué, le niveau des mers s’est élevé et les concentrations des gaz à effet de serre ont augmenté. Dans le futur, la vulnérabilité ne dépendra pas seulement des changements climatiques mais aussi des voies de développement. GIEC, 2013 : Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013 : Les éléments scientifiques.

============================================

Tous, nous avons entendu parler du dérèglement climatique. Planète en crise, planète malade : ces expressions et qualificatifs, en effet, ont été souvent utilisés pour décrire la nouvelle problématique environnementale mondiale. Nous avions lu des articles (en diagonale pour certains) ou avions visionné des documentaires consacrés à ce sujet. Puis, sans trop se sentir concerné, chacun a continué à vaquer à ses occupations. Pourtant, des répercussions perceptibles de ce phénomène sont déjà à l’œuvre en Haïti même. Selon ce qui ressort de plus récentes recherches scientifiques, un drame silencieux et insidieux se noue actuellement dans les océans et menace particulièrement les petits États insulaires, dont Haïti. Le niveau des mers ne cesse de s’élever. Et la surélévation de l’océan est de trois à quatre fois plus rapide dans le bassin des Caraïbes. Il y a des régions qui sont beaucoup plus à risque que d’autres. Il existe des zones dites à « faible risque », des zones à « risque élevé » et des zones à « risque extrême ». Le bassin des Caraïbes, les Philippines, l’Indonésie et la Polynésie sont situés dans des zones à « risque extrême ».  Il s’agit d’un danger qui menace la viabilité de certains États et qui risque de provoquer l’effondrement complet de certains autres.

Aussi, Haïti est-elle directement concernée par ce problème. En tant que petit État insulaire, elle est classée parmi les pays, dont la population, les infrastructures, les terres agricoles et les ressources en eau potable sont les plus vulnérables du fait plus particulièrement de l’élévation du niveau de la mer. Mieux : certaines organisations la font figurer en quatrième position de l’index de vulnérabilité des nations au monde qui ont déjà pâti et auraient encore à souffrir le plus sévèrement des conséquences du dérèglement climatique.

Au début du mois de novembre 2013, l’institution Germanwatch (qui dépend en partie du gouvernement allemand) a, quant à elle, placé Haïti en deuxième position des pays qui seront les plus vulnérables aux graves perturbations du réchauffement en cours de la planète.

Index de vulnérabilité des nations au changement climatique

                       Index de vulnérabilité des nations au changement climatique

Bien sûr qu’Haïti ne pourra pas s’en sortir, seule, de ce problème colossal. Le phénomène est mondial. Mais il faudrait tout au moins qu’elle commence sérieusement par s’en préoccuper. Des cyclones de même intensité peuvent frapper la République dominicaine, Cuba et Haïti, les dégâts matériels et humains seront nettement toujours plus importants en Haïti. Ce n’est pas un hasard.

Le but de ce texte est donc de sensibiliser l’opinion, d’informer la population des risques qu’elle court, d’alerter les pouvoirs publics, de les inciter à mettre en place des stratégies de parade et à intégrer  les conséquences du dérèglement climatique dans les programmes d’investissement et dans le processus de développement afin de doter le pays d’une certaine capacité de résilience et par souci de réduire la vulnérabilité de la population et de nos infrastructures face aux impacts prévisibles du   réchauffement climatique. L’intention n’est surtout pas de susciter la panique. Le réchauffement climatique ne procède pas de spéculations catastrophistes, mais de faits scientifiques solidement établis. Il ne découle pas non plus de parti-pris idéologique ou de positionnement politique. Dans cette affaire, la partisannerie devrait être écartée et il serait bon de dégager un consensus le plus large possible autour de la question. Car c’est un problème qui engage le pays tout entier et la société dans son ensemble.

ob_87af4c_surcote

Le changement climatique est une épée de Damoclès suspendue sur la tête du pays. On en parle peu en Haïti. Et pour cause. Le dérèglement climatique est un phénomène très complexe et sa compréhension requiert quelques efforts cérébraux. La lecture des documents sur le sujet n’est pas trop limpide.  C’est de la science. Les textes sont en anglais et font en moyenne un millier de pages. De plus, ils sont écrits dans un langage hautement scientifique (particulièrement le 1er volet du Rapport 2013 sur « les éléments scientifiques » du premier Groupe de travail GT 1) du GIEC[1] Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (3000 scientifiques). Avec des phrases du genre: « within each pressure triangle, Gaussian low-pass filtered curves and estimated linear trends of the 99th percentile of these geostrophic wind speeds for winter are shown… », Ce n’est pas évident pour un non-initié. Les scientifiques en général n’écrivent pas pour un large public, mais pour un cercle restreint. À l’inverse des politiques, ils ne savent pas communiquer. Il y a donc des lacunes à combler au niveau de l’information. Autant pour les populations exposées que pour les décideurs institutionnels. L’information étant une des étapes clés dans le processus de décisions et de mise en place d’une politique de prévention et de réduction des risques de catastrophe, quelques-uns doivent se charger de la relayer et de partager les informations.

Avant d’examiner plus en profondeur le cas d’Haïti et pour garantir la véracité de nos propos, il nous a paru nécessaire de procéder à une revue sommaire des déclarations des principaux leaders politiques mondiaux et à une rapide synthèse des conclusions de certains rapports scientifiques notamment celui du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC 3000 scientifiques), le rapport de la Maison-Blanche et celui de la Banque Mondiale.

Sachant qu’il est important pour bien appréhender un problème, d’être au préalable en mesure de l’identifier et d’en comprendre les causes, nous serions amenés à expliciter certains aspects scientifiques contenus dans les rapports d’évaluation précédemment cités. Toutefois, notre objectif étant d’éveiller les consciences à l’imminence d’un danger potentiel, nous essaierons d’éviter au maximum l’emploi de mots savants. Après la lecture de l’article, même le lecteur le moins averti des questions climatiques sera édifié et devrait même être en mesure d’éclairer la lanterne d’autres personnes. C’est notre vœu. Quoi qu’il en soit, il est crucial de comprendre le problème. Nous essaierons de le décrypter quelque peu pour vous.

Ensuite, nous verrons pourquoi Haïti figure en aussi bonne place sur la liste des pays qui devront faire les frais de ce dérèglement climatique et si de ces milliers d’îles dont les scientifiques pensent qu’elles seront englouties par la mer,  Haïti en fait partie.

Le danger est réel et il est déjà à l’œuvre

C’est Ban Ki Mon, le Secrétaire général des Nations unies, qui l’affirme. « Pendant trop longtemps, dit-il, nous avons sous-estimé l’urgence du changement climatique. Il est temps de se réveiller … Le changement climatique est réel, il ne connaît pas de frontières … . Pourtant même à l’heure actuelle, peu de personnes réalisent vraiment la gravité de la menace ou son immédiateté. Maintenant, je crois que nous sommes au bord de la catastrophe si nous n’agissons pas».

Dans le même registre, le ministre français des Affaires Étrangères M. Laurent Fabius récemment en visite en Chine a fait l’annonce suivante : «Il est minuit moins cinq pour le climat. Nous avons 500 jours pour éviter une catastrophe climatique. C’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu dans cette affaire ».

L’on pourra citer également un autre ministre des Affaires Étrangères, l’américain M. John Kerry. Dans un sens, a-t-il dit, lors de sa visite en Indonésie, « le changement climatique peut être considéré comme une autre arme de destruction massive, peut-être l’arme la plus terrifiante ». Une menace plus importante que « le terrorisme, les épidémies, la prolifération des armes de destruction massive. » En ce qui a trait à la dangereuse élévation du niveau de la mer, il a ajouté qu’une hausse du niveau de la mer de un mètre « suffirait à engloutir la moitié de Jakarta ». Signalons au passage que la superficie de Jakarta, la capitale de l’Indonésie, est de 664 km². Celle de Port-au-Prince, la plus grande ville d’Haïti, si cela peut donner une idée, ne fait jamais que près de 38 km².

La dégradation du climat n’est pas seulement une source de préoccupations majeures des leaders politiques mondiaux. Le sujet est placé au premier rang des préoccupations des militaires, des banquiers, des assureurs et des grandes entreprises transnationales, telles que Nestlé, Apple, Acer, Symantec, Levy Strauss, Autodesk, General Motors Company, Microsoft, Unilever, etc.  Aux dires de ces dernières, « le dérèglement climatique fait peser une véritable menace sur la santé et la prospérité de leur pays, de leur communauté et de leurs familles. » Pour ces grandes multinationales, « il n’est pas question de fonder un vain espoir dans le fait que tous ces scientifiques pourraient bien se tromper, » affirment-elles dans un communiqué conjoint.

Dans un rapport rendu public le lundi 13 octobre 2014, le Pentagone s’alarme des « risques immédiats » que posent les effets du changement climatique pour la sécurité nationale des États-Unis et leurs opérations militaires dans le monde. Face au changement climatique, l’armée doit se tenir prête. « Nous avons déjà vu ces événements se produire dans d’autres régions du monde, et il existe des signes inquiétants qui laissent penser que le changement climatique peut mettre gravement en danger la stabilité de notre propre hémisphère« . « Dans les Caraïbes, à cause de la hausse du niveau de la mer … certaines îles devraient être complètement évacuées » a déclaré ce même lundi le ministre américain de la Défense Chuck Hagel lors d’une conférence réunissant les ministres de la Défense du continent américain au Pérou.

Une menace planétaire sérieuse et préoccupante

Le 6 mai 2014 paraissait pour le compte de la Maison-Blanche, un rapport d’évaluation du climat aux États-Unis, « The National Climate Assessment ». Selon ce rapport de près d’un millier de pages rédigées par plus de 300 scientifiques et experts, le changement climatique attribuable à « l’effet de serre » autrefois considéré comme un problème lointain s’est soudainement installé dans le présent. Il est passé de l’état d’une menace lointaine au stade de danger actuel. Et aucun Américain ne sera épargné, souligne le rapport. Ce dérèglement climatique est en train de transformer notablement America the beautiful, l’Amérique la Superbe en une affreuse Amérique, houleuse et dangereuse, ont titré en manchette certains médias américains à la sortie du document.

Selon un des auteurs principaux de ce rapport M. Don Wuebless. « Il ne s’agit pas de se demander si le climat est en train de changer. Non seulement il est en train de changer, mais il change à un rythme dix fois plus rapide qu’on ne l’avait prévu… Les températures moyennes ont augmenté de près de 2° depuis le début du siècle dernier, et pourraient augmenter de 10° d’ici la fin du siècle ; le niveau des mers pourrait s’élever jusqu’à deux mètres ; les villes côtières sont inondées plus régulièrement lors des tempêtes et des marées hautes ; les localités à l’intérieur des terres proches des grandes rivières connaissent davantage d’inondations ; les étés sont plus longs et plus chauds et les périodes de chaleur inhabituelle durent plus longtemps. Ce qu’aucun américain vivant n’avait jamais connu ; les hivers sont généralement plus courts et plus chauds, les averses sont plus fortes ; les tempêtes géantes semblables à Sandy deviendront monnaie courante …et cela devra s’aggraver tout au long de ce siècle et au-delà », indique le rapport qui conclut en exhortant le peuple américain “de se préparer à faire face aux conséquences incalculables du dérèglement climatique. »

De son côté,  le président Obama a déclaré ceci : « La réalité du changement climatique est quelque chose que nous ne pouvons pas nous permettre de nier. Ce sera un des défis les plus périlleux auquel la nation américaine aura à faire face ».

Deux mois avant la parution du rapport d’évaluation du climat aux États-Unis, soit le 31 mars dernier, le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat, le GIEC, avait rendu public le deuxième volet de son cinquième rapport sur le dérèglement climatique sous la forme d’un résumé à l’intention des décideurs. Leur constat était sans appel. Notre planète « suit une mauvaise trajectoire ».

Selon le GIEC «l’élévation du niveau de la mer devrait intensifier les inondations, les ondes de tempête, l’érosion et d’autres phénomènes côtiers dangereux (submersion partielle ou totale de vastes régions côtières) menaceront les infrastructures, les établissements humains et les installations vitales pour les populations insulaires ».  Et il y a « plusieurs raisons de s’inquiéter », à cause de « de la montée alarmante du niveau de la mer qui entraînera une reconfiguration mondiale des côtes, des milliers d’îles qui seront submergées, des réfugiés climatiques par centaines de millions, des sécheresses sévères, de la réduction significative  des eaux de surface et souterraines, de la réduction drastique des récoltes agricoles, des cyclones nettement plus intenses, de l’insécurité alimentaire qui pourrait toucher des milliards de personnes, des risques de conflits violents entre États, de l’aggravation de la montée de la pauvreté, les chocs économiques,  la résurgence de virus et des conséquences incommensurables non encore prévisibles ou chiffrables »


[1] Le GIEC est un organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays membres de l’ONU. Il est la référence internationale en matière de climat. Il a été créé en novembre 1988, à la demande du G8 par deux organismes de l’ONU : l’Organisme de météorologique mondiale (OMM) et par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). L’une des principales activités du GIEC consiste à procéder, à intervalles réguliers, à une évaluation de l’état des connaissances relatives aux changements climatiques. Le GIEC élabore aussi des rapports spéciaux et des documents techniques sur des sujets qui nécessitent des informations et des avis scientifiques indépendants

Élévation du Niveau de la mer de 1993 à 2013

Courtoisie NASA

Courtoisie NASA

Le rapport indique que « d’ici le milieu du siècle les changements climatiques devraient réduire les ressources en eau dans de nombreuses îles, par exemple dans les Caraïbes et le Pacifique, à tel point que la demande ne pourra plus être satisfaite pendant les périodes de faible pluviosité ». Que dire alors pendant les périodes de sécheresse, sommes-nous tentés d’ajouter ?

Les experts du GIEC certifient que leurs prévisions sont basées sur près de dix mille (10.000) travaux de recherche et sur des modélisations informatiques et mathématiques dans lesquelles ils ont une « confiance accrue ». Dans la majorité des cas, les faits sont clairement établis. D’après eux, l’évaluation de la probabilité de survenance pour l’ensemble de ces événements est associée avec un degré de confiance élevé (95 %).  Ils affirment que « les effets cumulés de changements continus dans l’environnement peuvent atteindre des seuils qui se traduiront par des changements brutaux et irréversibles ».

Aussi, dans le «Résumé à l’intention des décideurs » les experts du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat (GIEC) préviennent que : « De nouvelles émissions de gaz à effet de serre impliqueront une poursuite du réchauffement et des changements affectant toutes les composantes du système climatique. Pour limiter le changement climatique, il faudra réduire notablement et durablement les émissions de gaz à effet de serre. » GIEC, 2013: Résumé à l’intention des décideurs, Changements climatiques 2013: Les éléments scientifiques. {6, 11–14}

Les experts accentuent cette notion de seuil à ne pas dépasser. La hausse de la température moyenne de la planète due aux émissions de « gaz à effet de serre » dans l’atmosphère doit être circonscrite à moins de 2℃ par rapport à l’ère préindustrielle. Ce sur quoi d’ailleursles dirigeants du monde s’étaient d’ailleurs engagés en 2009 à Copenhague. Au-delà de ce seuil, on pourrait franchir un « point de basculement », c’est-à-dire un point de non-retour. Ce sera fort probablement l’emballement du climat. Ce qui nous précipitera en même temps dans un autre monde.

Un monde tellement différent qu’il est difficile de le décrire

Cette affirmation ne vient pas de nous. Elle émane du président du groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Ki s’exprimant dans le préambule d’un rapport préparé pour la Banque par le respectable Potsdam Institute for Climate Impact Research et Climate Analytics et intitulé «Turn Down The Heat: Why a 4°C Warmer World Must be Avoided  » – [Baissons la chaleur : pourquoi il faut absolument éviter une élévation de 4°C de la température de la planète]

Nous retiendrons pour vous deux déclarations solennelles et documentées de ce rapport et nous ne croyons pas devoir ajouter le moindre commentaire à cet exposé des faits, car cela résume de manière éloquente la situation.

1) – « Si les promesses ne sont pas tenues (limite des 2°C), une élévation de température de 4°C pourrait intervenir dès les années 2060. Et même si le réchauffement climatique est limité à 2°C, le niveau moyen du niveau de la mer pourrait continuer à monter à l’échelle planétaire, certaines estimations prévoyant une élévation de 1,5 à 4 mètres au-dessus des niveaux actuels… Pour contenir la montée des eaux au-dessous de 2 mètres, il faudrait probablement réussir à maintenir le réchauffement nettement au-dessous de 1,5°C ». Une élévation de la mer d’environ cinquante centimètres suffit seulement pour inonder un bon nombre des grandes métropoles du monde, croient la plupart des experts scientifiques.

2) –  « Si le réchauffement climatique mondial approche ou dépasse les 2 °C, cela risque de déclencher des éléments de basculement non linéaires : par exemple, la fonte de la calotte glacière de l’Antarctique occidental, qui donnerait lieu à une élévation plus rapide du niveau des mers, ou le dépérissement de la forêt amazonienne, qui affecterait énormément les écosystèmes, les fleuves, l’agriculture, la production énergétique et les moyens de subsistance. De tels phénomènes viendraient encore renforcer le réchauffement mondial du XXIe siècle et auraient une incidence sur des continents entiers. » Pour ne citer que cela.

Aussi, selon le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim « Nous pouvons et nous devons éviter une hausse de 4 degrés. Il faut limiter le réchauffement à 2 degrés. Si nous n’agissons pas suffisamment contre le changement climatique, nous risquons de léguer à nos enfants un monde radicalement différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Ce monde serait tellement différent de celui dans lequel nous vivons qu’il est difficile de le décrire » avertit le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

Des îles disparaitront

Selon un responsable scientifique du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), Mme Jacqueline Mc Glade : « Certaines îles sont en grand danger de disparition dans les décennies à venir, car elles pourraient facilement perdre la protection de leurs côtes assurée par les récifs coralliens, souffrir de tempêtes et de la hausse du niveau de la mer… Toutefois c’est le changement climatique qui aura le plus fort impact et son atténuation ne fera que retarder l’incursion inexorable de la mer à l’intérieur des îles.»

Ici il conviendrait peut-être d’apporter certaines précisions. Certaines îles sont dans une meilleure position que d’autres.  Ainsi en est-il des îles continentales, on les appelle d’ailleurs des îles-continents, par ce qu’a un certain moment de la durée, elles étaient rattachées à un continent. C’est le cas de la Grande-Bretagne, de l’Australie, de l’Irlande, de Madagascar, etc. Ces îles-là ne sont pas menacées à court ou à moyen terme d’être englouties par la mer, même si elles sont tout aussi bien vulnérables.

Ensuite il y a les îles dites océaniques. L’océan les a pondues et fait éclore. Souvent, elles apparaissent à la suite de processus de refroidissement et de solidification de coulées de lave provenant d’éruptions de volcans. Ou encore à la suite de mouvements tectoniques, d’épisodes d’entrechoquement de plaques océaniques entre elles, des fois glissant l’une sous l’autre, créant ce qu’on appelle une dorsale qui émerge à la surface. Ce sont surtout ces îles qui sont menacées de totale submersion, comme il en va dans la déclaration du responsable scientifique du PNUE entre autres.VOLCANS chapelt

Relief sous-marin allongé, large de quelques centaines de kilomètres, dominant de 2000 à 3000 mètres les plaines abyssales et situé généralement à plus de 1 000 m de profondeur ; parfois la dorsale émerge. En son milieu, apparaît habituellement un fossé d’effondrement dénommé rift au centre duquel s’observe une activité volcanique (Source : Atlas des Espaces océaniques)

Haïti, en principe, fait partie de ces îles océaniques. Mais il y a une spécificité haïtienne. Là encore. Bien qu’appartenant à l’arc insulaire des Grandes Antilles, Haïti, compte tenu de sa formation géologique et de ses caractéristiques géochimiques, semble ne pas répondre totalement à la définition classique de cette catégorie d’îles. La terre d’Haïti n’a pas de tout temps été à cette place. Elle a fait du chemin.

 Il y a trois ans, une équipe de chercheurs de l’Université de Floride ont mené des enquêtes de terrain en Haïti. Ils ont été comme abasourdis par les résultats de leurs recherches qui ont été publiés dans un article paru dans la revue scientifique Nature Geosciences, « Ancient lithospheric source for Quaternary lavas in Hispaniola » [1].

Ils ont découvert que les roches d’Haïti dataient de plus d’un milliard d’années. Or, jusqu’à cette découverte, les géologues croyaient qu’Haïti, comme la plupart des autres îles de la région, n’était âgée que de 150 millions d’années. Ils ont ensuite noté que les caractéristiques chimiques de ces roches ne se retrouvaient dans le substrat rocheux d’aucune autre île de la Caraïbe.  En revanche, ils ont constaté que la signature isotopique de ces roches (sorte d’ADN inorganique comme le décrit G. Kamenov l’un des auteurs principaux de l’étude) était identique à celle qu’on retrouve ordinairement dans des roches de régions stables situées à des milliers de kilomètres de là, à l’intérieur d’un continent. En creusant un peu, l’équipe de chercheurs a fini par découvrir qu’en fait, Haïti repose sur le fragment d’un ancien supercontinent : le Gondwana[2] formé il y a 600 millions d’années et qui lors de sa dislocation en plusieurs blocs, il y a 200 millions d’années, aurait laissé échapper un fragment qui a dérivé sur une distance de plus de 1000 à 1500 km pour former le socle de cette île aujourd’hui partagée par les deux républiques : Haïti et la République Dominicaine. Conclusion : au plan géologique, une partie d’Haïti serait donc à composante continentale. Mais, est-ce un facteur qui pourrait prévenir l’île d’être engloutie par les eaux. Nous verrons plus loin?


[1] Kamenov, G.D., Perfit, M.R., Lewis, J., Goss, A.R., Arevalo, R., and Shuster, R.D., 2011, Ancient lithospheric source for Quaternary lavas in Hispaniola. Nature Geoscience 4, 554–557 (2011) doi: 10.1038/ngeo1203 10 July 2011

[2] Le Gondwana

Au commencement, il n’y avait qu’un seul continent. Une seule masse que les géographes ont baptisée du nom de la Pangée. Puis ce bloc s’est disloquée en deux parties pour former de supercontinents : l’un au nord dénommé Laurasia ; l’autre au sud dénommé Gondwana. Ce supercontinent s’est lui-même ensuite disloqué pour former d’autres continents dont l’Afrique, l’Australie, l’Antarctique l’Amérique du Sud, etc. En regardant le tracé du littoral de chacun de ces continents on s’aperçoit qu’ils peuvent s’emboîter l’un dans l’autre.

À suivre

Haïti survivra-t-elle : Une vérité invraisemblable  (2ème partie)

http://natureisspeaking.org/theocean.html

 

En Haïti, deux mois après l’ouragan Matthew, les estomacs sont vides

par Patricia JOLLY

Dans la nuit du 3 au 4 octobre, l’ouragan Matthew dévastait le sud de l’île, faisant près de 600 morts. Les trombes d’eau salée ont réduit à néant près de 90 % des terres cultivables ; 1,4 million de personnes ont besoin d’une assistance alimentaire

haiti-des-gens-font-la-queue-pour-recevoir-de-la-nourriture

HAITI – Des gens font la queue pour recevoir de la nourriture

C’est un fétu de peau et d’os emmailloté de jaune. Sur sa minuscule poitrine haletante, une infirmière du service pédiatrique de l’hôpital départemental de Jérémie, en Haïti, promène un stéthoscope. Mylove Jean n’avait que 2 mois quand l’ouragan Matthew a dévasté les départements du sud de l’île dans la nuit du 3 au 4 octobre, faisant près de 600 morts.

La petite a survécu jusqu’ici, mais, depuis la tempête, tout va de mal en pis pour elle et les siens. Son père est mort du choléra trois semaines après le passage du cyclone tropical et, comme la moitié de la quinzaine de tout jeunes patients alités autour d’elle, elle souffre de malnutrition aiguë. Sa mère, Micheline Baptiste, l’a amenée il y a huit jours, à moto-taxi, depuis la commune de Marfranc. Une heure trente de pistes défoncées moyennant 225 gourdes (3,20 euros) – le double du tarif habituel – que des voisins lui ont avancées…

Matthew semble avoir stoppé net la croissance de Mylove Jean. Avec le département du Sud, celui de Grande-Anse où se trouve l’hôpital était considéré comme le grenier alimentaire du pays, mais les trombes d’eau salée charriées par l’ouragan ont réduit à néant près de 90 % des terres cultivables, selon les Nations unies (ONU), tout comme la récolte qui devait avoir lieu ces jours-ci et les réserves de fruits et légumes.

Les pertes dans le secteur agricole sont estimées à 580 millions de dollars (550 millions d’euros) ; 1,4 million de personnes ont besoin d’une assistance alimentaire.

haiti_pain

Du pain sec pour des estomacs vides

Durant la semaine qui a suivi Matthew, la population a glané ce qui était tombé des arbres et s’est nourrie du bétail mort. Depuis, elle est au régime sec. Oranges, pamplemousses, ignames, bananes, malangas… Tout est importé de Port-au-Prince et les prix ont quadruplé.

Par ailleurs, faute d’une coordination efficace entre les ONG et la Direction de la protection civile haïtienne, supposée piloter les opérations, la plupart des distributions alimentaires sont restées circonscrites aux environs de Jérémie alors que le département compte onze autres communes.

Les 460 000 habitants de Grande-Anse ne pourront pas compter non plus sur la récolte du printemps 2017 : la plupart des terrains sont envahis de gigantesques arbres déracinés, et les semences distribuées par les ONG finissent souvent dans les estomacs las d’être vides.

Micheline Baptiste tente de continuer à allaiter sa fille, mais le bébé ne tète que son angoisse. La mère ignore sa propre date de naissance. Elle sait seulement que Mylove Jean est la dernière de dix enfants qu’elle ne peut plus nourrir. Elle tente vainement d’administrer un remède à la petite qui se débat. Excédée et contrite, Micheline Baptiste balbutie qu’il est « difficile » de veiller cette enfant malade.

70 % des maisons détruites

Après la mort de son mari, ses beaux-parents ont recueilli cinq de ses autres enfants – « ceux qui sont en bonne santé et qui peuvent travailler », précise-t-elle. L’ouragan a emporté sa maison, comme 70 % des logis du département. Les ruines en ont été pillées. Les vêtements que sa fille et elle portent leur ont été donnés.

Micheline Baptiste passe les nuits par terre à même le carrelage de l’hôpital, près du lit de sa fille. Elle y a découvert que, jusque dans l’infortune, il existe une hiérarchie. Les autres parents à peine mieux lotis qu’elle et le personnel médical la prennent de haut parce qu’elle n’a pas de drap pour le lit de Mylove Jean.

L’hôpital n’en dispose pas et ne fournit ni repas ni médicaments. Malgré les circonstances, l’Etat n’a pas décrété la gratuité des soins qui demeurent à la charge de ces familles indigentes. Il s’en remet au travail des ONG qui viennent en appui de la Direction de la protection civile haïtienne, débordée.

Ainsi, depuis début novembre, six équipes médicales mobiles, recrutées localement par Médecins du monde France, sillonnent le département six jours sur sept pour dispenser des soins de base. A Julie, section de la commune de Chambellan, dans la vallée de la rivière de la Grande-Anse, une centaine de patients sont venus de hameaux situés en amont pour la consultation. L’avant-veille, un « crieur » armé d’un mégaphone les a avertis. Une église protestante en construction fait office de salle d’attente.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Grande-Anse trois semaines après le passage de Matthew ont fait la part belle au paludisme. Hommes, femmes, enfants tendent tour à tour leur index à une infirmière qui prélève une goutte de sang pour un dépistage. Rien à signaler aujourd’hui.

Dépistage nutritionnel

Le docteur Felix Anderson, médecin généraliste, examine les adultes dans une maisonnette adjacente délabrée. Au sous-sol, dans l’appartement du pasteur, l’infirmière Guirlande Guerrier assure la consultation pédiatrique : 37 enfants au total. Toutes les données médicales sont répertoriées sur des fiches conservées par l’équipe qui reviendra dans quinze jours, et une infirmière distribue à chacun son traitement gratuit dans de petits sachets.

Les enfants de moins de 5 ans font systématiquement l’objet d’un dépistage nutritionnel. Mesure du périmètre brachial, examen du rapport poids-taille, vérification de la présence d’œdèmes sur les membres, le ventre ou le visage… Les soignants traquent les cas de malnutrition modérée. Rien de suspect ici, on remballe donc les sachets d’une pâte d’arachide efficace pour enrayer la pathologie.

La promiscuité qu’a imposée l’ouragan, confinant la population dans des abris collectifs de fortune, a fait son lot de dégâts. Diarrhées aiguës, leptospirose qui provoque de l’insuffisance rénale, parasitoses intestinales, gale, teignes, infections gynécologiques ou urinaires, recrudescence de cas d’hypertension artérielle due au stress…

« Au tout début, on avait une cinquantaine de patients mais les gens sont si affaiblis et inquiets que leur nombre a presque triplé en cinq semaines, constate Andréa Marcellus, une des infirmières. On n’arrive pas à les voir tous. »

Dans ces circonstances, le choléra – introduit en Haïti en octobre 2010 par des casques bleus ­népalais de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti – est un adversaire encore plus redoutable. Avant l’ouragan, on estimait que la maladie avait tué près de 10 000 Haïtiens et qu’elle en avait infecté près de 800 000. Les conditions sanitaires dans lesquelles Matthew a laissé les départements du sud de l’île ont provoqué de nouvelles flambées.

Sept cliniques mobiles

A la hâte, entre le 8 et le 16 novembre, 800 000 personnes ont été vaccinées. Une campagne pilotée par l’Organisation mondiale de la santé avec le ministère haïtien de la santé qui fait débat. Un groupe de médecins haïtiens et d’experts internationaux craint en effet que cette mesure qu’ils estiment plus médiatique qu’efficace n’incite la population à se croire protégée à vie, et qu’elle néglige les règles élémentaires d’hygiène.

Par ailleurs, les personnes vaccinées n’ont reçu qu’une dose simple ce qui – selon les études – ne prémunit qu’à 40 % sur une période de six mois. Le vaccin est également inefficace sur les enfants de moins de 5 ans.

Pour circonscrire l’épidémie, Médecins du monde a donc redoublé d’efforts en déployant sept cliniques mobiles. A bord de chaque véhicule tout-terrain, trois infirmières, une animatrice et un chauffeur. Les équipes accèdent à pied, parfois au prix de plusieurs heures de marche, dans les hameaux les plus reculés et plantent leurs tentes pour soigner sur place les patients intransportables.

Au-delà des soins, il faut sensibiliser sans relâche la population et assurer la décontamination des lieux envahis par la bactérie. Ce jour-là, à Fond-Bayard, sur la commune des Roseaux, six patients, dont trois sexagénaires et deux enfants de 4 et 5 ans, ont dû être admis au centre de traitement du choléra (CTC) de l’hôpital de Jérémie.

La faute à la source Nanfigue, voisine, qui alimentait pourtant le hameau depuis des décennies. L’autre point d’eau le plus proche se trouve à deux heures de marche et plusieurs centaines de mètres de dénivelé aller-retour. Par 30 degrés, c’est bien trop loin.

Juliette Pétion, l’animatrice-décontaminatrice, rappelle les mesures d’hygiène à respecter pour se garder du choléra : se laver les mains, boire de l’eau bouillie ou traitée aux tablettes purifiantes et la conserver sous un couvercle, considérer l’eau de Javel comme un produit de première nécessité…

En bottes et tablier en caoutchouc, masque sur le visage, cette Haïtienne au verbe truculent pulvérise une solution chlorée de décontamination sur la simple chape de béton ou la terre battue qui sert de sol à leurs minuscules logis souvent dépourvus de mobilier. « Ou on vous traite vite, ou vous mourrez vite », dit-elle aux habitants. Selon la technique du « cordon sanitaire », les maisons voisines les plus proches sont elles aussi traitées. « Les effets durent une semaine, dit Adeline Marcellus, une des infirmières. Mais sans l’hygiène de base, la décontamination est inutile. »

Après la tournée, l’équipe repasse par le CTC de Jérémie pour rassurer les malades de Fond-Bayard ; leur dire que leur maison a été traitée et que leurs proches ont reçu un traitement antibiotique. L’infatigable Juliette Pétion improvise un nouveau numéro de sensibilisation pour les visiteurs des patients. « Vous faire ce qu’on vous dit, sinon zippés », conclut-elle dans un rire, feignant de remonter la fermeture d’un sac mortuaire imaginaire. Dissimulé par un muret, le cimetière aux couleurs vives se trouve à 30 mètres en contrebas, juste avant la mer.

Patricia JOLLY

Source : http://www.lemonde.fr/

« Que les Haïtiens m’appellent Fidel ! », disait Fidel Castro

fidelcastro

« Que les Haïtiens m’appellent Fidel ! », disait Fidel Castro

« Que les Haïtiens m’appellent Fidel ! », disait avec affection l’ancien président cubain Fidel Castro, dont les funérailles ont lieu ce 4 décembre à Santiago de Cuba, une semaine après son décès le 25 novembre dernier à la Havane.

« J’ai beaucoup d’admiration et d’affection pour le peuple haïtien », confiait-il également dans une brève interview accordée en 1997 au journaliste haïtien Jean Dominique, assassiné en 2000 dans la cour même de sa station Radio Haïti Inter à Port-au-Prince.

L’interview a eu lieu à Kingston, Jamaïque, à l’occasion de l’enterrement de l’ancien premier ministre jamaïcain Michael Manley, et quelque temps après le rétablissement, en 1996, des relations diplomatiques entre Cuba et Haïti.

Le rétablissement des relations entre Cuba et Haïti constitue « une rectification historique », avait alors déclaré Castro. Ces relations « ne devaient jamais être rompues » (en 1962), ajoutait-il.

« Tout le temps je demande des nouvelles d’Haïti : à quelles difficultés (les Haïtiens) font-ils face, quels sont leurs problèmes, comment va l’agriculture, la montagne, la végétation ? », poursuivait Castro.

« En plus, quelle est la situation de la santé, de l’éducation ? »

700 à 800 médecins cubains de santé publique sont présents dans le pays, en permanence, alors que 700 à 900 étudiants haïtiens effectuent, gratuitement, des études universitaires de haut niveau à Cuba, rappelle-t-il.

A propos de la révolution haïtienne de 1804 contre l’esclavage, Castro a relevé : « vous avez mené une bataille épique. Vous avez été les premiers à prendre votre indépendance. Vous avez donné un grand exemple d’esprit de lutte et de sacrifice ».

Source : http://www.alterpresse.org/

3 DÉCEMBRE 2001–3 DÉCEMBRE 2016 : 15 ANS DÉJÀ DEPUIS LE LÂCHE ASSASSINAT DU JOURNALISTE BRIGNOL LINDOR !

brignol-lindor

par Roseline LINDOR

brignol-lindor-cadavre

Le 3 décembre 2001, mon frère Brignol Lindor, journaliste à Radio Echo2000 de Petit-Goâve, a lâchement été assassiné par « une bande de tueurs liée aux autorités politiques locales du mouvement « Lavalas » (l’Avalanche) du président Jean-Bertrand Aristide », comme le mentionne Yves Saint-Gérard dans « Haïti : 1804-2004 Entre mythes et réalités » (Le Félin, 2004, p. 201).

« Cette agression, particulièrement horrible, a coûté la vie à un jeune homme brillant, compétent, cultivé, indépendant des coteries rivales, attaché à sa ville natale. Beaucoup considéraient Brignol Lindor, 31 ans, comme ‘‘l’avenir’’ de cette commune déshéritée », ajoute-t-il.

Depuis 2001, ce n’est donc pas seulement la ville de Petit-Goâve qui est endeuillée mais toute la nation haïtienne.

Plus que jamais, notre famille pleure la disparition de Brignol et continue de réclamer justice. Les acteurs de cet acte barbare doivent payer pour leur forfait ! Bien que toujours meurtris, nous sommes totalement déterminés à faire triompher la justice !

Nous n’avons rien oublié ! C’est comme si c’était hier lorsqu’un ami de la famille est venu nous annoncer la triste nouvelle sans trop vouloir nous en dire plus, de peur de nous accabler. Nous nous rendîmes au commissariat de police, mais aucun policier n’a voulu faire le déplacement pour accompagner la famille sur les lieux du drame.

Ce jour-là, de par leur attitude, les policiers ont fait incontestablement preuve de non-assistance à personne en danger, violant ainsi la devise de la police nationale telle que prescrite par la Constitution haïtienne, à savoir « protéger et servir ». En fait, en échangeant avec les policiers, nous avons tout de suite compris qu’ils avaient reçu l’ordre de ne pas intervenir

L’assassinat de mon frère a été minutieusement planifié au plus haut niveau du pouvoir en place. Il était devenu l’ennemi numéro un au niveau local, l’homme à abattre. Plusieurs réunions ont été tenues, suivies d’une déclaration de Dumé Bony, l’adjoint au maire, lors d’une conférence de presse organisée par les autorités de la ville.

Faut-il rappeler les faits ! Parmi les dix personnes inculpées lors d’un procès en 2007, seules deux d’entre elles ont été condamnées à perpétuité. Les autres, jamais arrêtées depuis, ont été condamnées par contumace. A vrai dire, la justice a totalement failli !

Ainsi que le souligne Yves Saint-Gérard, « l’instruction [a épargné] les instigateurs présumés du crime, à savoir les membres du conseil municipal et les chefs des administrations locales en place à l’époque. La plupart d’entre eux [ont continué] d’exercer leurs fonctions à Petit-Goâve.

Ils avaient nommément désigné la victime comme un ‘‘terroriste’’ et appelé à lui appliquer la formule ‘‘tolérance zéro’’ énoncée quelques mois plus tôt par le chef de l’État de l’époque [M. Jean-Bertrand Aristide…C’est cette même formule qui a été invoquée par les exécutants du journaliste au moment du meurtre et dans des aveux livrés à une association de défense de la liberté de la presse, deux jours seulement après leur forfait ».

Qu’est-ce qui a été fait depuis ? Rien ! Le fameux prêtre a changé de commune. Aucun des policiers présents lors de notre passage au commissariat n’a été inquiété. Et l’on a assisté à une parodie de justice après que le pouvoir « Lavalas » eut prétexté arrêter une personne du groupe « dòmi nan bwa ».

Alors, à quand une véritable justice pour la famille, la ville de Petit-Goâve et, plus largement, le pays tout entier suite à cet acte abject qui reste à jamais gravé dans la mémoire collective ?

Quand est-ce qu’on va mettre fin, une fois pour toutes, à cette culture mortifère de l’impunité qui ronge tant la société haïtienne depuis des lustres ?

Nou pa bliye Brignol ! E nou p ap janm bliye l ! Li lè li tan pou lajistis blayi nan peyi a!

Roseline et Famille LINDOR

 

Funérailles émouvantes du journaliste Brignol Lindor

La ville de Petit-Goâve a rendu un dernier et vibrant hommage, le mardi 11 décembre, à Brignol Lindor. Le directeur de la Salle des Nouvelles de Radio Écho 2000 a été tué à coup de machette, le lundi 3 décembre dernier, par des membres d’une Organisation Populaire (OP) proche de Lavalas dénommée “ Domi nan bwa”. A l’occasion des funérailles du journaliste, la famille de la victime a une fois de plus réclamé justice.

Sous un soleil de plomb et dans la confusion la plus totale, le journaliste Brignol Lindor a été conduit à sa dernière demeure. Malgré le vacarme provoqué par les cris de la foule nombreuse des parents , sympathisants , amis et confrères du journaliste , le père Hans Alexandre a su mener la cérémonie à terme . Le prélat, cousin du défunt, n’a pas pu contenir ses larmes face à l’assassinat de Brignol Lindor avec qui, indique-t-il , il a eu de bons souvenirs d’enfance. Dans son homélie, le père Alexandre a condamné le crime crapuleux du 3 décembre mais a exhorté les fidèles à s’abstenir de toute vengeance. Il a prôné la justice, le respect de la vie humaine, la non-violence et a dénoncé le laxisme des autorités locales. Pour le père Alexandre, Brignol Lindor fut un pacifiste, il est un martyr de la vérité dont le sang doit servir à réconcilier chaque haïtien .

À l’intérieur de l’église, la foule ne cessait de scander des slogans hostiles au pouvoir Lavalas particulièrement au président Jean Bertrand Aristide. Le nouveau curé de la paroisse de Petit-Goâve, le père Edwige Carré, présent à la cérémonie et accusé par l’Opposition d’avoir participé à la réunion de planification de l’assassinat de Brignol Lindor n’était pas non plus exempt d’injures. Face à cette vague de protestations anti-Lavalas, les organisateurs de la cérémonie ont dû écourter le programme funéraire dont une partie était dédiée aux Associations de Journalistes et à l’Association Nationale des Médias Haïtiens ( ANMH) .

Des dizaines de journalistes étaient venus de différentes villes du pays pour rendre un dernier hommage au directeur de nouvelles de Radio Écho 2000 de Petit-Goâve à l’occasion de ses obsèques déroulées en présence de militants de droits humains , de représentants du pouvoir et de l’Opposition. La corporation continue de réclamer justice pour le jeune confrère de 32 ans et interpelle la conscience des auteurs de cet acte odieux.

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=3698

La « résistance » s’organise aux États-Unis contre Donald Trump

Manifestations, pétitions, démonstrations de soutien aux minorités : les anti-Trump poursuivent leur mobilisation.

lors-dune-manifestation-anti-trump-le-14-novembre-a-seattle-jason-redmond-afp

Lors d’une manifestation anti-Trump, le 14 novembre à Seattle. JASON REDMOND / AFP

Près d’une semaine après l’élection de Donald Trump, à quoi sert de continuer à protester ? « On cherche à se montrer qu’on n’est pas tout seul », dit un ingénieur d’origine indienne venu de la Silicon Valley avec ses deux filles participer à l’un des rassemblements organisés le 13 novembre, à San Francisco.

Le « président élu » a beau s’être installé dans le paysage, le choc est resté. Et la « résistance » – selon le terme revendiqué par les intéressés – ne faiblit pas. Tout le week-end , les manifestations anti-Trump se sont poursuivies à New York et Los Angeles, mais aussi dans des villes moyennes comme Erié (Pennsylvanie) ou Dayton (Ohio). Lundi 14 novembre, ce sont les lycéens qui sont descendus dans la rue, à Seattle (Washington), Portland (Oregon), Denver (Colorado), Silver Spring (Maryland), Tucson (Arizona).

Les manifestants ne réclament rien, et rien, surtout, que Donald Trump semble prêt à leur accorder : désavouer ses propos racistes de campagne. Ils ne remettent pas en cause, pour la plupart, le résultat de l’élection mais cherchent à se rassurer , se réconforter les uns les autres sur leurs « valeurs » inchangées.

« Murs de l’empathie »

Beaucoup portent une épingle à nourrice sur la poitrine, symbole de la « protection » qu’ils s’engagent à fournir aux plus vulnérables. « Si vous êtes musulman, femme, homosexuel, personne de couleur, latino, transsexuel, immigrant ou handicapé : je suis avec vous », proclame un habitant de San Francisco derrière une pancarte rédigée à la main. Dans le métro de la ville californienne, sont apparus des « murs de l’empathie », comme à New York après le 11 septembre 2001. On y colle des pensées ou des encouragements. « Love trumps hate » : « L’amour est plus fort que la haine ».

Depuis l’élection, une partie de l’Amérique est plongée dans l’anxiété. Les incidents xénophobes se sont multipliés. Entre le 8 et le 11 novembre, le Southern Poverty Law Center (SPLC), l’organisme de référence en matière de surveillance des extrémistes, a reçu plus de 200 plaintes pour des faits racistes ou antisémites. Des croix gammées sont apparues dans les universités , des étudiants noirs ont reçu des menaces signées « Daddy Trump ». Dans le Maryland, une église qui célèbre des offices en espagnol a été barrée d’une inscription : « Trump Nation, Whites Only » (« La nation de Trump, seulement pour les Blancs »). Le slogan de campagne, « Make America great again » a été détourné en « Make America white again », comme si « grandeur » et « blancheur » étaient synonymes. « Les suprémacistes blancs pensent que leur homme a gagné la Maison Blanche », analyse le SPLC.

manifs-devant-la-mairie-de-los-angeles-le-9-novembre-mario-anzuoni-reuters

Devant la mairie de Los Angeles, le 9 novembre. MARIO ANZUONI / REUTERS

Pour les enfants d’immigrés, « l’élection de Trump, c’est une sorte de 11-Septembre », commente le magazine Westword de Denver. La peur est réelle. Dans une école de l’Etat de Washington, les élèves, à la cafétéria, se sont mis à scander « Build the wall ! » (« Construisez le mur ! »), comme dans les meetings de Trump. A San Francisco, une jeune Américaine d’origine assyrienne a posté sur Facebook la vidéo d’une passagère du métro qui, l’entendant parler une langue inconnue, lui assure que Trump va l’« expulser ».

À Los Angeles, les deux acteurs vedettes de la série télévisée de HBO Silicon Valley, Thomas Middleditch et Kumail Nanjiani, ont été pris à partie dans un bar par des fans du président élu. « Je ne peux pas imaginer ce que ça doit être , dans d’autres endroits, d’être quelqu’un qui a mon physique », s’est alarmé le jeune comédien d’origine pakistanaise.

Parmi les anti-Trump, certains ne désespèrent pas de renverser le résultat de l’élection. Une pétition sur Change.org, intitulée « Faites de Hillary Clinton la présidente le 19 décembre » (date de la réunion du collège électoral), a conquis les campus . Elle appelle les grands électeurs – qui doivent, selon la Constitution, choisir le président, élu au suffrage indirect – à porter leur voix sur celle qui a remporté le vote populaire (avec plus de 668 000 voix d’avance, selon un décompte non définitif) plutôt que sur Donald Trump. Un scénario hautement improbable, mais réclamé par plus de 4 millions de signataires.

D’autres mettent l’accent sur la vigilance. Dans une pleine page du New York Times, le11 novembre, l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a demandé à Donald Trump de désavouer ses promesses sur l’expulsion de 11 millions de sans-papiers, la réautorisation du waterboarding (le simulacre de noyade) pour les interrogatoires, etc. « Si vous essayez de faire de ces promesses une réalité, vous vous trouverez à chaque pas confronté à la puissance de feu de l’ACLU », menace l’association, en rappelant qu’elle compte des millions de partisans, et des juristes dans tous les Etats.

Des manifestations sont déjà en préparation à l’occasion de l’investiture du 20 janvier à Washington, dont une marche d’« un million de femmes ». Plusieurs villes, dites « sanctuaires », dont Chicago ou San Francisco, ont fait savoir qu’elles continueraient à fournir des services sociaux sans condition aux sans-papiers, malgré la menace de Donald Trump de les priver de subventions fédérales. Les associations de soutien aux immigrés ont commencé à tenir des réunions pour rassurer les « dreamers », les jeunes clandestins arrivés avec leurs parents, qui ne doivent qu’à un décret de Barack Obama – facilement réversible – leur statut légal aux États-Unis.

« Sans-papiers, mais sans peur »

« Pendant les quatre prochaines années, nous allons montrer que nous sommes certes sans-papiers, mais aussi sans peur », écrit l’avocat Cesar Vargas, un proche de Bernie Sanders lui-même sans-papiers, dans l’hebdomadaire The Nation. Au contraire de Barack Obama et de la plupart des responsables démocrates, qui estiment qu’il faut donner sa « chance » à l’homme que les Américains ont élu, les militants progressistes refusent toute « normalisation » de la situation.

« Résistance » est leur maître mot. Et grâce à Donald Trump, qui a mis fin à la dynastie Clinton, ils espèrent prendre les rênes d’un Parti démocrate sonné par la défaite.

POUR LES RUSSES, LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE A DÉJÀ COMMENCÉ…

russie

« Nous abattrons » les avions américains: la 3e Guerre mondiale a déjà commencé… à la télévision russe

Sur la première chaîne d’État, c’est le présentateur de l’émission phare du dimanche soir qui annonce que les batteries antiaériennes russes en Syrie vont « abattre » les avions américains. Sur la chaîne d’informations en continu Rossia 24, c’est un reportage sur la préparation des abris antinucléaires à Moscou. A Saint-Pétersbourg, le site d’informations Fontanka croit savoir que le gouverneur veut rationner le pain pour une future guerre malgré les explications des autorités qui affirment vouloir simplement stabiliser le prix de la farine.

Et à la radio, on discute des exercices de « défense civile » mobilisant, selon le ministère des Situations d’urgence, 40 millions de Russes pendant une semaine. Au programme: évacuations d’immeubles et exercices d’incendie. Pour celui qui aurait éteint son téléviseur pour se promener dans les rues de Moscou, il est fort possible de tomber sur un des immenses graffitis « patriotiques » des artistes pro-Poutine de l’organisation « Set » qui tapissent désormais les immeubles comme cet ours, symbole de la Russie, distribuant des gilets pare-balles à des colombes de la paix.

La rupture des négociations entre Washington et Moscou

Sur le terrain, l’armée russe a continué la semaine à faire cavalier seul en déployant sur sa base navale, dans le port syrien de Tartous, des batteries antiaériennes S-300 aptes à détruire des avions de chasse, mais aussi en envoyant des corvettes équipées de missiles pouvant, en théorie, couler des navires de guerre. Autrement dit, une démonstration de force visant, non pas les jihadistes ou les rebelles syriens, mais bien la Marine et les avions américains.

La cause d’une telle fièvre, de cet emballement pour l’imminence d’une « Troisième guerre mondiale »? La rupture le 3 octobre des négociations entre Washington et Moscou sur le conflit syrien après l’échec d’un cessez-le-feu que les deux puissances avaient âprement négocié à Genève en septembre. Dans la foulée, les bombes russes et syriennes ont transformé Alep en « enfer sur Terre » selon l’ONU et suscité les critiques des Occidentaux.

« Nous abattrons » les avions américains

A Moscou, où les journalistes russes et occidentaux se lèvent et se couchent en recevant les communiqués du ministère russe de la Défense, le climat de confrontation est relayé, amplifié par les médias. Le porte-parole de l’armée russe, le général Igor Konachenkov, adresse ses mises en garde à la Maison Blanche, au Pentagone, au Département d’État.

« Je rappelle aux stratèges américains que les missiles antiaériens S-300 et S-400 qui assurent la couverture aérienne des bases russes de Hmeimim et de Tartous ont un rayon d’action qui pourraient bien surprendre n’importe quel aéronef non identifié« , a-t-il dit le 6 octobre en une menace à peine voilée contre les États-Unis.

Sur l’antenne de la chaîne d’Etat Rossia 1, le présentateur Dmitri Kissilev, également patron de l’agence de presse Ria Novosti, résume la pensée du général Igor Konachenkov pour « les simples gens comme vous et moi »: « nous abattrons » les avions américains. Puis il dévoile le « plan B » des Etats-Unis en Syrie. « Le plan B, c’est en gros que les Etats-Unis vont avoir un recours direct à la force contre les forces syriennes du président Bachar al-Assad et contre l’aviation russe« , dit-il.

« La Russie actuelle est plus que prête »

« Est-ce qu’il faut craindre des provocations? C’est comme cela que les Etats-Unis ont engagé la guerre au Vietnam« , conclut M. Kissilev avant de mettre en garde les Occidentaux: les missiles déployés à Kaliningrad, l’enclave russe proche de la Pologne pourraient emporter des têtes nucléaires. « La Russie actuelle est plus que prête, mais avant tout psychologiquement, à la nouvelle spirale de confrontation avec l’Ouest« , résume Gueorgui Bovt dans une tribune sur le site d’informations Gazeta.ru.

« Si la bagarre ne peut pas être évitée, frapper le premier »

bombe-atomique-jpg3

Le politologue envisage deux scénarios, compte tenu par ailleurs des difficultés économiques de la Russie. Le premier, optimiste, où les deux puissances vont « se mettre d’accord sur de nouvelles conditions de coexistence, en gros un Yalta-2 », référence au partage des aires d’influence entre les Etats-Unis et l’Union soviétique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Et le scénario catastrophe: la Russie va réagir selon une loi de la rue bien connue: « si la bagarre ne peut pas être évitée, frapper le premier ».

Le monde flirte « dangereusement avec la zone rouge »

Dans une interview à Ria Novosti, le dernier président soviétique Mikhaïl Gorbatchev et initiateur il y a 30 ans à Reykjavik avec le président américain Ronald Reagan du début de la fin de la Guerre froide, prévenait récemment: le monde flirte « dangereusement avec la zone rouge ». Et mercredi, premier signe de détente après des jours d’invectives verbales, Moscou annonçait une réunion internationale sur la Syrie samedi à Lausanne qui a déjà des allures pour le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de rencontre de la dernière chance.

Source : AFP

Cyclone Matthew : Lettre du Secrétaire Général de l’OEA au Président d’Haïti Jocelerme Privert

oea

« IL EST URGENT DE DONNER LA PRIORITÉ À LA CONTINUITÉ DU PROCESSUS ÉLECTORAL »

11 octobre 2016

La lettre originale du Secrétaire Général Almagro est disponible ici.

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous exprimer par la présente mes sentiments les plus sincères de solidarité avec votre peuple et votre pays.

Permettez-moi de vous exprimer nos condoléances et notre solidarité avec les victimes et nos profondes sympathies pour les souffrances que connaissent les Haïtiens suite au passage de l’ouragan Matthew.

Je vous réitère que l’Organisation des États Américains est prête à coopérer avec le peuple et le Gouvernement haïtien face aux enjeux humanitaires, économiques, politiques et sociaux qui viennent mettre la République d’Haïti à l’épreuve..

Aujourd’hui, nous devons redoubler d’efforts. La crise humanitaire à laquelle fait face à nouveau Haïti doit trouver les citoyens et le Gouvernement animés de la même force morale avec laquelle votre peuple a pu lancer la première révolution dans le monde qui a consacré l’égalité de tous les hommes.

Dans des moments comme ceux-ci qui malheureusement se sont répétés dans l’histoire de votre pays, nous reconnaissons la nécessité pour le Gouvernement haïtien d’orienter tous ses efforts vers la compensation des victimes et de leurs familles, à la relance et la reconstruction des peuplements et des zones affectées.

De surcroît, nous faisons nôtre votre demande d’appui adressée à la communauté internationale face à cette situation qui, en raison des conditions de vulnérabilité extrême, requiert une réponse immédiate et résolue de la part de tous les acteurs et à tous les échelons de la vie haïtienne.

Par erreur, omission et manque de réponse par le passé, nous devons tous assumer une part de responsabilité pour les déficiences et les difficultés que connait aujourd’hui le peuple haïtien.

C’est pourquoi il est impératif qu’à la lumière de la responsabilité qui revient à tous au sein de la communauté internationale, nous nous mettons immédiatement à votre disposition nos meilleures capacités de coopération. En premier lieu, en matière de santé publique, pour la prévention et la lutte contre les épidémies comme celle de choléra, facteur qui nous fait durement ressentir la responsabilité qui incombe à la communauté internationale dans les malheurs qui accablent votre peuple. Il n’y a rien de plus urgent que protéger le droit à la vie et à la santé des Haïtiens, plus spécialement dans les moments de grande vulnérabilité.

L’OEA apprécie l’aide généreuse déjà accordée à Haïti, ainsi que la riposte rapide de quelques pays et organisations internationales qui sont arrivés dans le pays.

Sans préjudice de ce qui précède, pour que l’aide puisse s’avérer réellement utile pour la reconstruction des infrastructures et le renforcement des capacités, il est urgent de donner la priorité à la continuité du processus électoral en tant que moteur essentiel du changement et de la démocratisation en Haïti.

Nous appuyons en ce sens l’engagement envers la démocratie et la démocratisation que vous avez démontré lors de l’élaboration du calendrier électoral.

L’aide internationale doit être au service de la démocratisation ; elle doit être canalisée à travers des mécanismes et institutions politiques capables de garantir l’accès aux droits dans des conditions d’égalité pour tous les Haïtiens.

La solidarité internationale doit contribuer à épauler la lutte contre la corruption également, et non pas à l’exacerber. La solidarité doit être consolidée par plus de justice, par l’accès aux droits et à l’équité et elle doit être axée sur des filières institutionnelles démocratiques.

Comme l’a dit l’organisation Transparence internationale, “la corruption dans l’aide humanitaire est la pus condamnable de toutes les formes de corruption, étant donné qu’elle prive les secteurs démunis les plus vulnérables – les victimes de catastrophes naturelles et les conflits civils – de ressources essentielles et nécessaires à leur survie ».

Ce n’est que par le renforcement de la démocratie et la croissance des institutions haïtiennes que l’on pourra parvenir à créer de vraies garanties d’accès aux droits qu’exige le peuple.

Un système politique garant des droits de la personne qui permette l’édification d’une société résiliente ne peut être conçue que sur la base d’une démocratie institutionnelle issue du légitime exercice de la souveraineté populaire au moyen d’élections libres et justes.

C’est pourquoi l’OEA a été présente par le truchement de sa Mission d’observation des élections en Haïti, parce qu’elle remplit le rôle de garant de la démocratie dans le Continent américain, comme le prescrivent sa Charte fondamentale et la Charte démocratique interaméricaine.

C’est dans cette perspective que s’est prononcé le Chef de la Mission d’observation, l’Ambassadeur Juan Raul Ferreira, lorsqu’il a reconnu la décision du Conseil électoral provisoire de reporter les élections en raison de la situation critique que vit le pays après le passage de l’ouragan Matthew; mais il a réitéré son engagement envers la continuité électorale et le processus démocratique haïtien. .

Monsieur le Président, l’OEA assume sa responsabilité partagée et renouvelle son appui au peuple et au Gouvernement de votre pays ainsi qu’à la poursuite des travaux dans le cadre d’un processus électoral qui, à la lumière de la volonté du peuple exprimée par les urnes, pourra légitimer la démocratie institutionnelle garantissant l’accès aux droits de tous les Haïtiens.

Je saisis cette occasion pour vous renouveler, Monsieur le Président, les assurances de ma très haute considération.

Référence : F-108/16

Source : http://www.oas.org/fr/centre_media