Le RNDDH écrit au président Michel Joseph Martelly

Port-au-Prince, le 17 juillet 2012

Son Excellence Monsieur Michel Joseph Martelly

Président de la République

Palais national.-

Monsieur le Président,

Le Réseau national de défense des droits humains(RNDDH), une organisation de promotion et de défense des droits de la personne, engagée dans la lutte pour l’établissement d’un Etat de droit en Haïti, a l’avantage de porter à votre plus haute attention une dérive qui exige votre prompte intervention.

Monsieur le Président,

Dans le Moniteur # 108 paru le 5 juillet 2012, vous avez procédé à la nomination du sieur Gaby Silencieux, comme vice-délégué de l’arrondissement de Limbé, département du Nord. A ce titre, le sieur susmentionné sera chargé d’assurer la coordination et le contrôle des services publics et sera appelé à représenter l’exécutif  dans l’arrondissement.

Il est donc clair qu’un tel poste doit échoir à une personne intègre, de grande moralité, respectée de tous et placée au-dessus de tout soupçon.

Cependant, le sieur Gaby Silencieux, décrié par la clameur publique et activement recherché par la justice en raison de son implication dans la perpétration de plusieurs crimes notoires et spectaculaires, ne répond aucunement à ce profil, en témoignent les exemples ci-dessous :

1.  Incendie du tribunal de paix et de la Direction générale des impôts de Limbé

En mai 2010, le juge de paix de Limbé,  Henry Claude Chéry, proche de Gaby Silencieux, est mis en disponibilité par les autorités judiciaires pour son implication dans des cas de malversation. Le 16 mai 2010, Gaby Silencieux, offusqué d’avoir échoué dans ses tentatives de porter les autorités judiciaires à annuler cette décision prise à l’encontre du juge de paix Henry Claude  Chéry, a incendié le tribunal de paix ainsi que la Direction générale des impôts de Limbé.

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance du Cap-Haïtien, Me Clersias Celancieux, a, en date du 21 mai 2010, émis un mandat d’amener à l’encontre de Gaby Silencieux pour incendie. Ce mandat n’a jamais été exécuté.

2.  Assassinat de Arnaud Jean Robert Saint Amour

Le 1er janvier 2012, vers onze (11) heures du soir, une bagarre a éclaté entre Gaby Silencieux et les frères Matias Saint-Amour, Jacques Arly Saint Amour. Après la dispute, Arnaud Jean Robert Saint Amour, âgé de vingt six (26) ans, frère des Saint Amour susnommés, s’est rendu à un night-club situé dans la zone Libérale.

Il était aux environs de minuit lorsque  Arnaud Jean Robert Saint Amour est tombé dans une embuscade tendue par cinq (5) individus à savoir Ti Pa, Jeff, Gaël, Junior ainsi connus et Gaby Silencieux. Il a reçu plusieurs projectiles, notamment au niveau de l’intestin et du dos. Grièvement blessé, il a été transporté d’urgence à l’hôpital Le Bon Samaritain à Limbé. Face à  la gravité de son cas, il a été transféré à  l’hôpital universitaire Justinien du Cap-Haïtien où il a succombé à ses blessures. La cause de son décès, établie  par le chirurgien Richard Toussaint, est une « hémorragie active due à cause d’une plaie au niveau de l’aorte abdominale ».

Le juge de paix de Limbé, Me Ismithe Jean-Baptiste, après avoir dressé son procès-verbal et réalisé son information préliminaire, a transféré le dossier au parquet près le tribunal de première instance du Cap-Haïtien. A date, aucune suite n’y est donnée.

3.- Menaces de mort à l’encontre du directeur de Radio Liberté de Limbé

Le 29 juin 2012, Gaby Silencieux, à la tête d’un groupe d’individus considérés par plus d’un comme étant des protégés du député de la circonscription Limbé/Bas Limbé, élu lors des dernières joutes électorales sous la bannière du parti politique LAVNI, a proféré des menaces à l’encontre du sieur Johnson François, directeur de Radio Liberté de Limbé. Gaby Silencieux a reproché à ce dernier de nuire à l’exécutif et d’afficher ses positions politiques.

Monsieur le Président,

Tout au cours de votre campagne électorale, vous avez promis au peuple haïtien d’œuvrer à l’établissement d’un  Etat de droit basé sur le respect de la loi, notamment en éradiquant l’impunité, qui s’est érigée en système dans le pays. Sur la base de cette promesse, il est inacceptable que Gaby Silencieux ait pu être choisi pour représenter l’exécutif dans l’arrondissement de Limbé car les faits qui lui sont reprochés constituent des cas flagrants de violation de droits humains qui ne peuvent, en aucune manière, être cautionnés par votre pouvoir.

Monsieur le Président,

La nomination ou la révocation des délégués et des vice-délégués est une prérogative qui vous est attribuée par la Constitution haïtienne. Conséquemment, le RNDDH vous recommande vivement de revenir sur cette nomination et de mettre le sieur Gaby Silencieux à la disposition de la justice. Ce faisant, vous lancerez le premier signal de votre intention réelle de changer le statu quo au sein des institutions étatiques.

Espérant que prompte suite sera accordée à la présente, le RNDDH vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de sa très haute considération.

 Pierre Espérance

Directeur exécutif

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s