QUAND, POUR LA PRÉSIDENCE, LE DIABLE S’APPELLE NÉHÉMY JOSEPH

POUVOIR EXÉCUTIF QUAND LE DIABLE S’APPELLE NÉHÉMY…

Par Hérold Jean-François *

Nous savions depuis toujours dans notre pays que la possession est un délit. Mais de nos jours, il apparait de plus en plus que la vertu s’érige au fur et à mesure en délit également. Répondant au vœu du Parlement qui, dans une démarche de pluralité, a demandé à différents secteurs de la vie nationale de lui suggérer des noms desquels il choisirait ses trois représentants au nouvel organe électoral, l’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) a, dans une démarche respectant la procédure de ladite association, et en consultation élargie avec d’autres secteurs de la corporation, suggéré le nom de Me. NÉHÉMY JOSEPH à la Commission bicamérale chargé du dossier de désignation des représentants du Corps législatif.

Me NÉHÉMY JOSEPH
Me NÉHÉMY JOSEPH

Depuis, c’est la pagaille au Palais National. Le Président de la République semble être dérangé par ce joueur qu’il pensait avoir mis hors-jeu… Et les déclarations fusent de toutes parts, une chaine de télévision de la capitale annonçant en boucle une entrevue avec le Chef de l’État lui prête des déclarations que l’on n’a pas entendu de sa bouche lors de la diffusion de l’interview, bien que ses mots, à ce propos, ne laissent aucun doute sur son état d’esprit. Mais le tout feu tout flamme conseiller spécial de la Présidence, Joseph Lambert lui, n’y va pas par quatre chemins et crie à la provocation, dit-il, qui susciterait, une provocation encore plus grande de la part de l’Exécutif. Le pays, de ce point de vue, est perçu par les tenants actuels du pouvoir, comme un jeu d’enfants capricieux… « À malin, malin et demi »…

Le nom de Néhémy Joseph enlève le sommeil au Palais national qui perd toute sa sérénité. C’est le moment de s’arrêter et de poser un ensemble de questions. Qu’est-ce qui vaut à ce magistrat des Gonaïves d’avoir ce profil du diable pour le Palais national ? Pourquoi a-t-on si peur de Me. Néhémy Joseph ? Quels sont les antécédents de ce citoyen qui est arrivé sur la scène politique à travers le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) avec la Présidence ?

Porte-parole du CSPJ avant son entrée en fonction comme institution nouvelle, Me. Néhémy Joseph envoie à la nation un signal positif. Ses entrevues avec les médias de la capitale empreintes de sérénité et d’assurance, nous disaient que l’on avait là le profil d’une personnalité, d’une figure nouvelle que l’on apprendra à découvrir. Juste avant l’inauguration des travaux du CSPJ, Michel Martelly invita quelques membres de la nouvelle institution en attente d’investiture. Trois au moins sont écartés et ne reçoivent pas l’invitation de participer à cette première rencontre avec le Président. Néhémy Joseph dénonce dans la presse cette première fuite en avant.

Dès son entrée en fonction, le CSPJ donnait à la nation de légitimes signes d’inquiétudes. L’institution qui devait offrir une posture d’unité pour assumer le contrôle du pouvoir judiciaire, en rupture avec une tradition plus que bi séculaire de domination de l’Exécutif paraissait divisée en deux camps. D’un côté, cinq conseillers qui mangeaient dans les mains de l’Exécutif qui cherche à dominer dans l’ombre le CSPJ, et en face, quatre autres conseillers, parmi lesquels, Néhémy Joseph. Dans le conflit faisant suite à la désignation controversée de trois membres de l’institution au Conseil Électoral Permanent, le camp des quatre, vu comme la branche légaliste du CSPJ, a mené avec détermination une franche bataille pour forcer à la tenue de nouvelles élections pour désigner, cette fois-ci, dans les normes, les représentants du CSPJ au CEP. Néhémy Joseph, représentant de la Fédération Nationale des Barreaux est rappelé par ses pairs et fait un retrait du CSPJ, suivant en cela Me Dhilia Lemaire, représentante des Organismes des Droits Humains au CSPJ, rappelée en premier. Les pressions de l’opinion publique ont eu gain de cause, le CSPJ entend raison et veut reprendre le processus de désignation des ses membres au CEP. Les deux personnalités précédemment citées regagnent les rangs du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire avec l’aval de leur organisation et une élection conforme désigne trois nouveaux représentants du CSPJ au Conseil Électoral Permanent.

Vous avez bien compris que Me Néhémy Joseph était perçu comme membre de l’axe du bien, versus l’axe du mal au CSPJ. Et comme au cœur du mal, se trouve le Pouvoir Exécutif, comme maître du jeu, Néhémy Joseph ne saurait faire partie des amis de l’Exécutif dirigé par Michel Martelly. Voilà pour une explication de la campagne de diabolisation tous azimuts menée tambour battant par le pouvoir réagissant contre la désignation par le Parlement de la République, dans ses attributions comme Pouvoir consacré par la Constitution, de ses représentants au CTCEP.

Si nous analysons maintenant cette effervescence du pouvoir contre la désignation par le Parlement d’une personnalité jusque-là perçue comme sans reproche ? La déduction logique est accablante pour le pouvoir qui aurait de mauvaises intentions quant à l’organisation des élections à venir. Si nous partons de la logique que les élections doivent être réalisées par un conseil électoral neutre, non partisan, qu’importe sa composition ? Pourquoi le pouvoir voudrait-il que les neuf membres du CEP soient ses propres créatures ? La nation peut et doit être légitimement suspicieuse quant aux mauvaises intentions du pouvoir dirigé par Michel Martelly. Qu’a voulu dire le Président, quand il déclarait en substance aux Côtes-de-Fer au micro de Scoop TV qu’ils ne sont pas des enfants et que le peuple lui a donné une mission à réaliser et qu’il la réalisera envers et contre tout ? Pourquoi le camp du Pouvoir persiste-t-il à voir un complot dans la désignation de citoyens fiables dont on sait qu’ils veilleront au grain pour donner au pays des élections sans contestations ?

La rupture promise par le candidat Michel Martelly, consiste-t-elle en la reproduction du schéma sclérosé d’élections contestées à l’avance qui entrera le pays dans un nouveau cycle de crise postélectorale ? Les leçons et enseignements de l’histoire immédiate, l’histoire au cœur de laquelle, d’ailleurs, nous est arrivé le Président Martelly, est-elle aussi dépourvue de leçons et d’enseignements que ceux qui en sont le produit sont incapables de lire ?

La transition démocratique ouverte le 7 février 1986 est riche en enseignements que la nation et ses dirigeants doivent prendre le temps de relire pour comprendre et méditer. La plupart des crises de ladite période sont issues de la tenue de mauvaises élections. Le peuple, dans sa grande majorité, qui a toujours rejeté d’un revers de main les résultats de ces élections frauduleuses qui retardent la nation sur la route du progrès et du développement économique et social, le peuple, disions-nous, est demandeur d’élections propres et honnêtes où les représentants choisis sont ceux-là qui siègent vraiment au sein de nos institutions. Toute autre option tendant à reproduire des élections frauduleuses et partant, de nouvelles crises retardatrices, sont vouées à l’échec et les responsables de la fraude électorale, pour leur part, sont voués aux gémonies. Le choix de Néhémy Joseph, de Léopold Berlanger et d’autres figures crédibles pour siéger au prochain organisme électoral, c’est la meilleure garantie et pour le pays, et pour le pouvoir, de gré ou de force, pour atteindre une situation de paix sociale et de stabilité au service d’un climat qui lui garantira de boucler son terme dans un pays en chantier.

……………

*Directeur de Radio Ibo
Ce texte a fait l’objet de la rubrique IBOPINION au Journal de 17 :00 heures le mercredi 19 mars 2013, sur Radio IBO.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s