Ressources minières : Poursuite des exploitations, en dépit d’une interdiction du Sénat

P-au-P, 13 mai 2013 [AlterPresse] — La Plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda) dénonce la poursuite des exploitations minières dans plusieurs départements géographiques du pays, au mépris de la résolution du sénat de la république.

GOLD CARTOGRAPHIE D18_eurasian_map

Les exploitations continuent notamment à Terrier-rouge (Nord-Est), Roche Plate (Sud-Est) et Camp-Coq (Nord), confirme le directeur exécutif de Papda, Camille Charlmers, dans une interview accordée à AlterPresse.

Une résolution votée par le Sénat, le 20 février 2013, avait appelé à la cessation des exploitations minières en cours sur le territoire haïtien.

Ces exploitations se faisaient en dehors de tout cadre légal mais uniquement suite à un « protocole d’entente » conclu avec les sociétés minières Newmont et Eurasian, selon lequel, ces compagnies étaient autorisées à commencer le forage dans un des sites en exploration.

Le directeur de la Papda croit que l’absence de l’Etat est l’un des facteurs pouvant expliquer ce refus d’obtempérer à la décision prise par le Sénat.

« Il n’y a pas eu d’intermédiaires, il n’y a pas eu d’accompagnement de l’Etat », alors que celui-ci a pour devoir de protéger ces gisements importants identifiés, critique Charlmers. « Il y a un silence complice de l’Etat », pense t-il.

Le Bureau des mines (Bme) n’a pas les moyens de superviser les différentes zones, ni de techniciens et de géologues suffisamment qualifiés pouvant contrôler les fouilles et vérifier les trouvailles de ces compagnies, déplore Chalmers.

Parallèlement ces sociétés minières opèrent en toute liberté sans aucun mécanisme de régulation et dans le non-respect des lois en vigueur, constate t-il.

« Si on aboutit à des accords d’exploitations minières, [celles-ci] doivent être faites dans les conditions qui ne privilégient pas la logique de prédation et de pillage qui a toujours caractérisé le rapport avec les multinationales », préconise l’économiste.

Dans le contexte actuel, la vigilance des différents secteurs de la population est importante. La Papda souhaite une très grande mobilisation patriotique autour de la défense du patrimoine haïtien et des biens naturels.

La question des mines en Haiti a été l’objet d’une investigation par le consortium médiatique Ayiti Kale Je, dont fait partie l’agence en ligne AlterPresse. Au cours de cette enquête, qui a duré dix mois (de 2011 à 2012), une équipe d’étudiantes et d’étudiants, de journalistes et de membres d’une radio communautaire, a révélé plusieurs données.

Près de 3,885 kilomètres carrés du territoire haïtien, soit 15 pour cent de tout le pays, sont déjà sous une licence de recherche, d’exploration ou d’exploitation, ou sont soumis à une convention contrôlée par des firmes américaines et canadiennes.

http://www.alterpresse.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s