Des faits qui contredisent les bilans

L’année 2013 s’achève. Comme à chaque fin d’année, c’est le temps des bilans. Ceux qui ont le mandat de conduire la barque de la nation font aussi les leurs. Comme c’est toujours le cas, ils se donnent un satisfecit. En attendant le grand récital du Premier ministre Laurent Lamothe devant le Parlement le 2e lundi de janvier, chacun – du président de la République au Casec – cherche à attirer l’opinion publique sur les grands efforts qu’il juge avoir fournis pour sauver la nation. Sur papier, tout va pour le mieux. Mais les faits sont là pour nous rappeler les fossés entre le discours et la réalité, entre les besoins et les réalisations.

L’année 2013 s’en va, mais les grands maux qui rongent les familles haïtiennes demeurent. Ni les grands chantiers pour refonder la nation haïtienne ni les chantiers à haute intensité de main-d’œuvre n’ont été lancés en vue de mettre nos jeunes au travail.

Encore en 2013, nos querelles de chapelle ont pris le dessus sur l’unité nationale. L’année 2013 s’achève en laissant les trois pouvoirs de l’Etat dos à dos. Encore une fois, nous avons raté l’occasion de renforcer nos institutions. La justice n’a pas été renforcée et on se demande si elle n’est pas sortie affaiblie après les scandales en série qui l’ont éclaboussée. La justice n’a pas eu l’opportunité d’interroger des membres du gouvernement comme le souhaitait le juge Jean-Serge Joseph dans le cadre de l’accusation de corruption contre la famille présidentielle. Même les deux policiers accusés d’avoir frappé le journaliste Rodrigue Lalane n’ont pas été entendus suite au refus du ministre de la Justice de les déférer devant leur juge.

Les échéances constitutionnelles, les dates buttoirs et les grands rendez-vous n’ont pas été respectés. Pour des raisons que l’on ignore, les élections pour renouveler le tiers du Sénat et les collectivités territoriales n’ont pas eu lieu en 2013. Pourtant, le Sénat est amputé d’un tiers depuis mai dernier. Cinq circonscriptions ne sont pas représentées à la Chambre basse. Nos maires sont remplacés par des agents exécutifs intérimaires au petit bonheur. Cela ne dérange personne. Les membres de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) n’ont pas pu être renouvelés à cause d’un différend entre le Sénat et l’exécutif sur la ratification du nouveau conseil. Même la réouverture des classes a été reportée à la date préalablement annoncée pour des rasions qu’on ignore encore.

L’année 2013 s’en va sans voir la nation haïtienne se réconcilier avec elle-même. Même un semblant d’unité qui existait entre nos cultes à travers Religions pour la paix s’est apparemment évaporée avec la récente annonce de la Conférence épiscopale d’Haïti (CEH) de s’offrir en médiateur pour tenter de résoudre la crise politique actuelle.

Les grands défis nationaux n’ont pas été relevés au cours de l’année 2013. La route pour les relever n’a pas été non plus tracée ni identifiée.

Que 2014 soit meileure que 2013! Que nous trouvions la bonne formule pour combattre la corruption, réduire le taux élevé du chômage, freiner l’urbanisation sauvage de nos villes, réhabiliter l’environnement, réformer notre système éducatif, réduire notre dépendance à l’aide humanitaire, redonner espoir à nos jeunes qui continuent de risquer leur vie dans des embarcations de fortune à la recherche de meilleurs cieux! Faisons mieux en 2014, dans tous les domaines.

Source:http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/articleprint/125749.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s