L’ONU ADMET SA RESPONSABILITÉ DANS L’ÉPIDÉMIE DE CHOLÉRA EN HAÏTI

Par Martine VALO

L’ONU admet sa responsabilité 1

Du bout des lèvres, l’Organisation des Nations unies (ONU) reconnaît son implication dans la terrible épidémie de choléra qui frappe Haïti. La contamination a causé près de 10 000 morts depuis l’arrivée de la bactérie dans le pays, en 2010, et elle a rendu malades 800 000 personnes. Voilà six ans que des casques bleus sont accusés de l’avoir apportée avec eux du Népal, ce que l’institution internationale s’est obstinée à nier jusqu’à présent.

    « Au cours de l’année écoulée, l’ONU a acquis la conviction qu’il est nécessaire de faire beaucoup plus en ce qui concerne sa propre implication dans le foyer initial et les souffrances des personnes touchées par le choléra », a déclaré le porte-parole adjoint de l’ONU, Farhan Haq, jeudi 18 août.

Certes la déclaration apparaît alambiquée et n’a pas le ton des annonces officielles fracassantes. Mais elle ressemble à un début de revirement, qui fait naître l’espoir chez les défenseurs des victimes et chez ceux qui, sur le terrain, attendent de l’aide pour parvenir, enfin, à maîtriser une épidémie loin de régresser. D’autant que M. Haq a aussi promis qu’un nouveau plan d’action serait présenté dans les deux mois.

Avancée essentielle

« C’est une grande victoire pour les milliers d’Haïtiens qui se sont mobilisés pour la justice, qui ont écrit à l’ONU et porté plainte contre elle », s’est réjoui Mario Joseph, le président du Bureau des avocats internationaux de Port-au-Prince dans un communiqué, parlant de « victoire pour le peuple ». Il n’est pas le seul à considérer ce demi-aveu comme une avancée essentielle.

L’ONU doit maintenant présenter « des excuses publiques et établir un plan de compensation aux victimes qui ont tant perdu », a commenté l’avocate Beatrice Lindstrom, de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti, une ONG américaine partie prenante dans un procès intenté aux Nations unies.

En théorie, les réclamations des familles des victimes pourraient atteindre 40 milliards de dollars (35 milliards d’euros). En fait, l’institution a jusqu’à présent systématiquement mis en avant son immunité pour ne pas répondre aux requêtes des Haïtiens autrement que par les arguties de ses avocats. Une cour d’appel vient à nouveau de lui donner raison sur ce point, le 18 août.

Cependant, l’ONU peut difficilement se maintenir dans cette position très inconfortable, alors qu’elle se trouve à la fois sous les projecteurs accusateurs de la presse et agitée par un débat interne. Plusieurs rapports émanant de ses rangs ont dénoncé son obstination à nier sa responsabilité à l’égard des Haïtiens. L’universitaire Philip Alston, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits humains, a en particulier fustigé son attitude « moralement inconciliable et légalement indéfendable ».

Déshydratations fatales

L’ONU admet sa responsabilité 2

Traitement de malades du choléra dans le quartier Carrefour de Port-au-Prince, le 18 août.

Car voilà longtemps que ne subsiste plus de doute sur le rôle joué par un bataillon de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) venu du Népal, où le vibrion à l’origine de l’épidémie est endémique. La souche bactérienne a, depuis, été séquencée : elle correspond parfaitement.

La contamination est liée aux eaux usées et à une grande quantité de matières fécales qui se sont directement déversées dans un affluent de l’Artibonite, rivière près de laquelle était installé le campement de la Minustah en octobre 2010.

Très vite, la maladie, qui entraîne des déshydratations fatales, se répand alors dans les villages le long de la rivière ; 10 000 cas suspects sont recensés en quelques jours et les structures de soin enregistrent des pics de 4 500 cas par jour. L’épidémie s’étend très vite au reste du pays, l’un des plus pauvres de la planète, ravagé par un séisme qui a causé 220 000 morts dix mois plus tôt. Pis : elle n’a jamais cessé depuis.

Une étude de Médecins sans frontières, publiée en mars, montre même que les 9 300 décès officiels ont été largement sous-estimés. « Entre 2010 et 2012, il y a eu plus de cas en Haïti que dans l’Afrique tout entière », souligne l’épidémiologiste Renaud Piarroux. Des chiffres d’autant plus saisissants qu’il n’y avait pas eu d’épidémie de choléra sur l’île depuis cent cinquante ans.

Ce professeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille se rend régulièrement sur place, où il a été le premier à enquêter sur cette affaire, dès 2010. Dans son dernier rapport, qui date de juillet, il rappelle que, par le nombre de victimes, cette épidémie est « la plus importante à laquelle le monde a dû faire face au cours des dernières décennies ».

Regain de l’épidémie

Il y a urgence à agir. Les espoirs mis dans le ralentissement du rythme de contamination en 2014 ne sont plus de mises. « Depuis un an, le choléra reprend de la force », note le médecin. A défaut de pouvoir métamorphoser Haïti en pays doté d’une infrastructure d’eau et d’assainissement moderne, il préconise de donner les moyens au corps médical et aux ONG d’intervenir dès qu’un cas suspect est repéré, de se rendre dans chaque village touché pour y mener rapidement des actions d’éducation sanitaire et de distribuer des comprimés de chlore afin d’assainir l’eau. Il croit moins à la vaccination, à l’efficacité d’autant plus limitée qu’elle ne bénéficie qu’à 3 % de la population.

Source : http://www.lemonde.fr